Navigation – Plan du site
Dossier

Les âges du consentement. Militantisme gai et sexualité des mineurs en France et au Québec (1970-1980)

The age(s) of consent: gay activism and the sexuality of minors in France and Quebec (1970-1980)
Jean Bérard et Nicolas Sallée
p. 99-124

Résumés

Cet article analyse la manière dont les mouvements gais militants des années 1970 ont amorcé une politisation de la question de la majorité sexuelle, préalable à une série de réformes entreprises dans les années 1980. Au début des années 1970, ces mouvements font face à un enjeu comparable, en France et au Québec : l’âge de la majorité sexuelle, plus élevée pour les homosexuels, soulève la question de la liberté sexuelle des mineurs. Dans les deux pays, l’histoire des mouvements gais suit une trajectoire parallèle. Fondés en lien avec des mouvements politiques révolutionnaires, les mouvements gais se restructurent, au milieu des années 1970, autour de revendications plus ciblées, liées notamment à la discrimination légale dont les homosexuels sont victimes concernant l’âge de la majorité sexuelle. Dans les années 1980, les lois qui en résultent redéfinissent presque en même temps la majorité sexuelle et le viol. Elles dessinent un processus similaire en France et au Canada : si la majorité sexuelle est réformée, son principe est réaffirmé, comme un rempart contre la nouvelle figure du danger, le pédophile.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Sources
Les années 1970 : militantisme gai et sexualité des mineurs
Des groupes d’expérimentation
La dénonciation des lois discriminatoires
Pour une libération de la sexualité des mineurs
Les années 1980 : la majorité sexuelle réformée, et réaffirmée
En France : vers l’abrogation de la loi discriminatoire
Au Québec et Canada : priorité à la protection de la jeunesse
L’ordre sexuel redéfini : les familles sous surveillance

Aperçu du texte

En France et au Québec, comme dans de nombreux autres pays, les « années 68 » ont été marquées par l’essor de nombreux mouvements contestataires, aux causes et aux revendications diversifiées. Dans leur majorité, ces mouvements ont été portés par une jeunesse refusant les normes constitutives des modalités dominantes et autoritaires de régulation des conduites dans les institutions familiales, productives et répressives. Ces mouvements jugeaient « insupportables » la minorisation d’individus qui, renvoyés à leur âge, leur classe, leur sexe, leur genre ou leur orientation sexuelle, leur origine supposée ou leur statut assigné (élèves, prisonniers, malades, etc.), étaient soumis, légalement ou non, à diverses formes de disciplines corporelles et de privations ordinaires. Quand cette minorisation était liée à l’âge, sa dénonciation portait sur la définition légale des seuils d’accès à différentes majorités, de la majorité civile, de fait liée à la majorité matrimoniale et à la majorité...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Bérard et Nicolas Sallée, « Les âges du consentement. Militantisme gai et sexualité des mineurs en France et au Québec (1970-1980) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 42 | 2015, 42 | 2015, 99-124.

Référence électronique

Jean Bérard et Nicolas Sallée, « Les âges du consentement. Militantisme gai et sexualité des mineurs en France et au Québec (1970-1980) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 42 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/12778 ; DOI : 10.4000/clio.12778

Haut de page

Auteurs

Jean Bérard

Jean Bérard est historien, professeur adjoint à l’École de criminologie de l’Université de Montréal et chercheur régulier au Centre international de criminologie comparée (CICC). Sa thèse a été publiée en 2013 aux Presses de Sciences-po : La Justice en procès, Les mouvements de contestation face au système pénal (1968-1983). Ses recherches portent sur l’histoire des relations entre les mouvements sociaux et les questions pénales et sur les transformations contemporaines des politiques pénales et pénitentiaires. jeanberardfr@yahoo.fr

Nicolas Sallée

Nicolas Sallée est sociologue, professeur adjoint au département de sociologie de l’Université de Montréal et chercheur collaborateur au Centre international de criminologie comparée (CICC). Ses principales réflexions, objets de plusieurs publications, portent sur les reconfigurations du traitement éducatif des jeunes délinquants. Diversifiant actuellement ses intérêts de recherche afin de nourrir un programme de recherche plus général sur la fabrique des normes de l’individualité, il développe un intérêt parallèle pour le thème de la sexualité des enfants et des jeunes. nicolas.sallee@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page