Navigation – Plan du site
Varia

Faire fortune au Sahara (Mauritanie, 1940-1970)

Making a fortune in the Sahara (Mauritania, 1940-1970)
Céline Lesourd
p. 265-284

Résumés

Femmes de grandes tribus commerçantes, filles de bonnes familles ou de groupes statutairement méprisés, héritières rebelles ou épouses prospères, ou encore amoureuses vagabondes, les quatre businesswomen présentées dans ce travail sont, sans doute, les pionnières de la classe d’affaires féminine mauritanienne. De la fin de la période coloniale aux premiers pas de la Mauritanie indépendante, l’analyse des trajectoires professionnelles et des itinéraires personnels de ces Dames – constitués d’une multitude d’opportunismes et de pieds de nez à l’ordre social établi – donne à comprendre leurs capacités à s’établir comme des notables fortunées et incontournables dans la sphère commerçante transnationale balisée par les hommes. Elles incarnent tout simplement, aux yeux du chercheur, une mise en réseau du monde bien antérieure aux théories postmodernes d’un capitalisme désorganisé. Elles incarnent en Mauritanie les protagonistes principales de success stories au féminin.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Héritières mutines et amoureuses vagabondes
Mokeltoum, un mariage opportun
Meïmouna, un héritage inattendu
Lala, commerce amoureux
Aminatou, l’héritière rebelle
De la sphère privée à la sphère publique : les caravanes passent… les chiens aboient
Sur les routes de la fortune et de la notabilité
Des parcours ascensionnels qui malmènent l’ordre établi
Des femmes (sur)protégées par la mémoire collective

Aperçu du texte

Les dernières années de l’époque coloniale marquent un tournant dans les chroniques commerçantes ouest-africaines, chroniques dans lesquelles les femmes, non plus uniquement « simples agents » œuvrant pour le lignage, deviennent des actrices mobiles à part entière qui déploient leur propre agency. L’exemple emblématique togolais des « Nana-Benz » – label communément accolé aux businesswomen ouest-africaines – donne à voir comment alors, dans un contexte urbain, professionnel et social nouveau, des négociantes s’emparent du commerce du tissu wax et se muent en véritables femmes d’affaires, fortunées, notabilisées et protégées par le nouveau régime postcolonial.

Dans des villes situées entre la Mauritanie et le Sénégal – villes dans lesquelles est établi un camp militaire français – quelques femmes baydhâniyyat [maures] se lancent également, dès les années 1930-1940, sur les routes du grand commerce. De la Côte d’Ivoire à la France, de l’Arabie Saoudite au Maroc, elles ouvrent ainsi la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Lesourd, « Faire fortune au Sahara (Mauritanie, 1940-1970) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 265-284.

Référence électronique

Céline Lesourd, « Faire fortune au Sahara (Mauritanie, 1940-1970) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://clio.revues.org/12457 ; DOI : 10.4000/clio.12457

Haut de page

Auteur

Céline Lesourd

Anthropologue, chargée de recherche au CNRS (Centre Norbert Elias, Marseille). Elle travaille à une socio-anthropologie des élites politiques et économiques en Afrique. celine.lesourd@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page