Navigation – Plan du site
Varia

Les larmes romaines et leur portée : une question de genre ?

Roman tears and their significance: a question of gender?
Sarah Rey
p. 243-263

Résumés

Dans la Rome républicaine et impériale, les pleurs accompagnent des événements de la vie privée et publique. Pour agrémenter leurs discours et asseoir leur autorité, des sénateurs, des empereurs et de brillants chefs d’armes n’hésitent pas à verser des larmes quand l’heure est grave. L’effet de leurs sanglots dépend de leur position sociale et de leur renommée : les plaintes d’un aristocrate ont plus de portée que celles d’un simple soldat. Aux femmes, en revanche, les larmes sont souvent interdites (hormis dans le deuil), quand bien même leur « nature » et leur imbecillus animus (Tite-Live, 3, 48, 8) les prédisposent aux pleurs. Le chantage à l’émotion est surtout féminin, pense-t-on. Malgré ses prescriptions de retenue, la philosophie, notamment stoïcienne, n’arrive pas à contrevenir à ce grand usage des larmes, qui est progressivement détourné et revalorisé par les auteurs chrétiens dans leur éloge de la pénitence.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Pleurs des hommes, pleurs des femmes
Un usage raisonné des larmes
Corps politique, corps sensible
Le christianisme : tous égaux en larmes ?

Aperçu du texte

Dans la Rome républicaine et impériale, les pleurs font partie intégrante de la vie politique, sociale et religieuse. Les empereurs et les sénateurs, les soldats comme le peuple s’épanchent largement. D’après Plutarque, il apparaît même que les Romains ont la larme plus facile que les Grecs. Ils ne connaissent pas la honte de pleurer en société et, dans l’expression de leurs sentiments, les hommes ne semblent jamais en reste par rapport aux femmes, bien au contraire. C’est l’étonnement que provoque toute recherche sur les pleurs romains : ils mettent à l’épreuve les identités sexuées et leur « genre » ne se trouve pas là où on l’imagine.

Certes, hommes et femmes ne pleurent pas toujours dans les mêmes circonstances. La taxinomie des larmes romaines est souvent sexuée. Dans les rituels funéraires, les lamentations sont surtout féminines, tandis que les larmes philosophiques, celles qui accompagnent les méditations sur les inconstances de la fortune, sont une prérogative masculine : c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rey, « Les larmes romaines et leur portée : une question de genre ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 243-263.

Référence électronique

Sarah Rey, « Les larmes romaines et leur portée : une question de genre ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://clio.revues.org/12447 ; DOI : 10.4000/clio.12447

Haut de page

Auteur

Sarah Rey

Agrégée d’histoire, docteure en sciences de l’Antiquité, maîtresse de conférences en histoire ancienne à l’Université de Valenciennes. Elle s’intéresse à l’écriture de l’histoire et aux questions de société dans la Rome antique. sarah-rey@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page