Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Hongrie 1956, Júlia Rajk ou le pouvoir du deuil

Hungary in 1956: Júlia Rajk or the power of mourning
Andrea Peto
Traduction de Alice Bourgeois
p. 151-163

Résumés

À travers le cas de Júlia Rajk (1914-1981), veuve du puissant ministre de l’Intérieur Laslo Rajk exécuté en 1949 à l’issue du premier grand procès en Hongrie, l’article explore la complexité de la construction des subjectivités politiques des femmes sous le communisme. Il soutient l’idée que ce n’est pas la participation à l’organisation officielle des femmes mais l’opposition à cette dernière qui conduit à des formes genrées de résistance.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Alice Bourgeois

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Clef de l’influence politique, le langage silencieux du deuil et de la douleur
Júlia Rajk et les communistes réformistes
Le « débat partisan » au sein du Cercle Petöfi : créer un langage public
Une nouvelle forme de charité : Júlia Rajk et l’Association nationale des universités populaires (NEKOSZ)
Pendant la révolution, le pouvoir de la parole
Après la révolution de 1956 : le pouvoir de l’institutionnalisation de l’informalité

Aperçu du texte

Un article récent de Nanette Funk sur l’héritage des organisations officielles de femmes dans les pays socialistes interroge le concept d’agency (agentivité) et met en cause certaines tendances actuelles de la recherche. Il suggère qu’une analyse trop peu critique des femmes qui ont collaboré avec le pouvoir communiste et détenu des postes dans les organisations féminines officielles tend à rejeter dans l’ombre la vie et les combats de celles qui ont lutté pour la démocratie.

Le présent article s’attache à décrire la complexité de l’agentivité à travers une micro-étude sur la reconquête de son nom. Cette question prend une signification particulière pour une femme qui y a consacré un long parcours politique. Quand Júlia Földi, née à Budapest en 1914, épouse László Rajk (1909-1949), un des leaders du parti communiste hongrois, elle prend son nom et sa vie change à jamais. Par son mariage, elle accède à une position élevée au sein de la direction de l’organisation des femmes communiste...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Peto, « Hongrie 1956, Júlia Rajk ou le pouvoir du deuil », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 151-163.

Référence électronique

Andrea Peto, « Hongrie 1956, Júlia Rajk ou le pouvoir du deuil », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/12406 ; DOI : 10.4000/clio.12406

Haut de page

Auteur

Andrea Peto

Professeure associée au département d’études de genre de la Central European University de Budapest et membre de l’Académie hongroise des sciences. Elle a publié ou dirigé treize volumes en anglais, sept en hongrois et deux en russe, avec des traductions en treize langues. Parmi ses travaux: Women in Hungarian Politics 1945-1951 (Columbia University Press/East European Monographs New York, 2003), Geschlecht, Politik und Stalinismus in Ungarn. Eine Biographie von Júlia Rajk. Studien zur Geschichte Ungarns, Bd. 12. (Gabriele Schäfer Verlag, 2007), et avec Ildikó Barna, Politikai igazságszolgáltatás a II. világháború utáni Budapesten (Gondolat, Budapest, 2012, à paraître en anglais chez CEU Press: Political Justice in Budapest after WWII). Actuellement, elle travaille sur la mémoire genrée de la Seconde Guerre mondiale et sur les extrémismes politiques. petoa@ceu.hu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page