Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Communisme et féminisme

Communism and feminism
Brigitte Studer
p. 139-152

Résumés

L’article porte sur le rapport entre communisme et féminisme dans l’entre-deux-guerres en prenant comme point de départ un débat transnational entre chercheuses d’horizons divers, débat paru dans une revue sur l’histoire des femmes et du genre dans les pays d’Europe de l’Est fondée récemment. Trois approches différentes permettent d’éclairer la position ambiguë du féminisme dans les organisations communistes et l’Internationale communiste. Dans un premier temps, ce sont les opportunités et les limites de l’égalité formelle offerte aux femmes communistes qui sont abordées, puis les positions théoriques les plus innovantes et leur réception. Enfin trois cas de femmes cadres serviront d’exemples pour illustrer les négociations nécessaires, dans la pratique, pour concilier les attentes contradictoires propagées par le régime stalinien et les organisations communistes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une égalité politique, ses ambiguïtés et contradictions
Une politique d’émancipation des femmes ?
Vivre avec des contradictions

Aperçu du texte

Le communisme a-t-il émancipé les femmes ? Est-ce qu’un « communisme féministe » est une contradiction dans les termes ? C’est autour de ces questions que la revue Aspasia d’histoire des femmes et du genre en Europe centrale, de l’Est et du Sud-Est a organisé un débat dans son premier numéro datant de 2007.Dans sa contribution introductive, Mihaely Miroiu, politologue roumaine, considère qu’associer communisme et féminisme est impossible, car le communisme n’était rien d’autre qu’un « patriarcat d’État », alors que le féminisme se caractérise par sa revendication d’autonomie féminine. D’ailleurs, selon Miroiu, même une Alexandra Kollontaï était au fond antiféministe. Avec des argumentations diverses, les sept autres contributrices contredisent et nuancent ces affirmations radicales. L’historienne russe Natalia Novikova met l’accent sur la phase utopique du bolchevisme jusqu’au milieu des années 1920. L’Américaine Jane Slaughter prend l’exemple du parti communiste italien après 1945 ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Studer, « Communisme et féminisme », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 139-152.

Référence électronique

Brigitte Studer, « Communisme et féminisme », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://clio.revues.org/12393 ; DOI : 10.4000/clio.12393

Haut de page

Auteur

Brigitte Studer

Professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Berne. Parmi ses champs de recherche figurent l’histoire des femmes et du genre ainsi que l’histoire du communisme et du stalinisme. Elle a notamment publié « La femme nouvelle », in Le Siècle des communismes (Éd. du Seuil, 2004), « Penser le sujet stalinien », in Le Sujet communiste (Presses universitaires de Rennes, 2014) et The Transnational World of the Cominternians (Palgrave Macmillan, 2015). brigitte.studer@hist.unibe.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page