Navigation – Plan du site
Dossier

Internationalisme socialiste et féminisme d’État pendant la Guerre froide. Les relations entre Bulgarie et Zambie

Socialist internationalism and state feminism during the Cold War: the case of Bulgaria and Zambia
Kristen Ghodsee
Traduction de Julie Savage
p. 114-137

Résumés

Après l’indépendance, la Zambie est gouverné par l’UNIP (United National Independence Party) qui met en place à partir de 1972 « une démocratie à parti unique ». Bien que non aligné au début, le pays choisit alors un développement socialiste et compte de plus en plus sur l’aide du bloc de l’Est. Éléments-clés du combat pour l’indépendance nationale, les femmes continuent à jouer un rôle dans le Parti. Cet article examine l’économie politique de l’aide apportée par les organisations officielles de femmes d’Europe de l’Est au jeune mouvement de femmes zambien, notamment pour développer et soutenir la UNIP Women’s League. Visites respectives, bourses d’études, aide au voyage, soutien technique et logistique spécifique : par ces moyens, les pays de l’Est contribuent à la construction d’un féminisme d’État en Zambie et aident les femmes zambiennes à s’affirmer politiquement au niveau international durant la décennie des Nations unies pour les femmes (1975-1985).

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Julie Savage

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un questionnement, une démarche, des sources
Féminisme socialiste d’État et monde en voie de développement
Les féministes zambiennes, du non-alignement à la coopération avec les femmes du bloc soviétique
L’exemple de la coopération Bulgarie-Zambie

Aperçu du texte

Après son indépendance, en 1964, la Zambie est gouvernée par l’UNIP (United National Independence Party) de Kenneth Kaunda jusqu’en 1991. Comme nombre de pays africains en voie de développement, la Zambie à peine indépendante se retrouve prise dans la Guerre froide et l’affrontement des deux superpuissances de l’époque. Kaunda espère que son pays pourra rester une démocratie multipartite non-alignée, mais il deviendra une « démocratie participative à parti unique », que son idéologie « humaniste » attire vers la sphère d’influence soviétique. Comme bien d’autres gouvernements africains, le gouvernement zambien est alors convaincu que l’État à parti unique, couplé à une économie planifiée, représente la voie la plus rapide vers le développement.

C’est dans ce contexte que les féministes zambiennes, qui ont joué un rôle-clé dans la lutte pour l’indépendance nationale, poursuivent leur compagnonnage avec l’UNIP. Ces militantes, qui se définissent souvent comme « non-alignées », reçoiven...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kristen Ghodsee, « Internationalisme socialiste et féminisme d’État pendant la Guerre froide. Les relations entre Bulgarie et Zambie », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 114-137.

Référence électronique

Kristen Ghodsee, « Internationalisme socialiste et féminisme d’État pendant la Guerre froide. Les relations entre Bulgarie et Zambie », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://clio.revues.org/12374 ; DOI : 10.4000/clio.12374

Haut de page

Auteur

Kristen Ghodsee

Docteure de l’Université de Berkeley, est directrice et professeure en études Femmes et Genre à Bowdoin College. Elle a publié : The Red Riviera: Gender, Tourism and Postsocialism on the Black Sea (Duke University Press, 2005), Muslim Lives in Eastern Europe: Gender, Ethnicity and the Transformation of Islam in Postsocialist Bulgaria (Princeton University Press, 2009), Lost In Transition: Ethnographies of Everyday Life After Socialism (Duke University Press, 2011). Son livre à paraître en 2015 s’intitule The Left Side of History: World War II and the Unfulfilled Promise of Communism in Eastern Europe. En 2012, elle a obtenu une bourse John Simon Guggenheim en anthropologie et études culturelles. Elle deviendra prochainement présidente de la Society for Humanistic Anthropology. kghodsee@bowdoin.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page