Navigation – Plan du site
Documents

Aurore l’Arlésienne, reine des poupées

Sylvie Sagnes
p. 197-207

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Cette poupée est née le 25 décembre 1999 à Meynes. Elle est offerte par leur marraine [sic] la xviie reine d’Arles, Aurore Guibaud, et Mme Moreau Marie-José pour le passage au xxie siècle à la ville d’Arles.

Bouen tous temps. Bonheur et prospérité sans fin. Souhait de bonne amitié que les anciens provençaux [sic], nos bons aïeuls, s’adressaient réciproquement en se visitant dans les grandes solennités de l’année, et dans certaines rencontres de réjouissance publique ou particulière.

Aurore xviie reine d’Arles
Mme Moreau et sa famille
Gérard Blanc maire de Meynes.

C’est avec ces mots d’explication, au bas desquels a été apposé le tampon de la mairie de Meynes, que le Museon Arlaten acquiert par « don manuel », en janvier 2000, la poupée « Aurore » et l’enregistre dans son inventaire. Cette Arlésienne en miniature n’est pas la première du genre à rejoindre les collections de ce musée centenaire, lequel, à son arrivée, en compte déjà une bonne cinquantaine. Mais le message qui l’accompagne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Sagnes, « Aurore l’Arlésienne, reine des poupées », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 40 | 2014, 40 | 2014, 197-207.

Référence électronique

Sylvie Sagnes, « Aurore l’Arlésienne, reine des poupées », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 26 novembre 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://clio.revues.org/12164 ; DOI : 10.4000/clio.12164

Haut de page

Auteur

Sylvie Sagnes

Ethnologue, chargée de recherches au CNRS, membre de l’IIAC, UMR 8177 – Équipe LAHIC (EHESS, CNRS, MCC). Elle a consacré ses premières recherches à la question de l’autochtonie et montré comment le lien au lieu, loin de se dissoudre dans la globalisation, est actuellement réinventé par chacun. Ses travaux actuels prolongent ses investigations initiales en se saisissant de la problématique patrimoniale. En contrepoint, elle explore les xixe et xxe siècles pour dresser la généalogie d’une catégorie singulière de territoire, celle des petits pays. Elle s’intéresse par ailleurs à la construction des identités savantes, notamment sous l’angle des parentés intellectuelles et des mémoires disciplinaires.
sylviesagnes@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page