Navigation – Plan du site
Dossier

Le mouchoir d’Armagh. Tissu, genre et politique

Irlande du Nord, 1976
Cloth, gender, politics: the Armagh handkerchief (Northern Ireland, 1976)
Louise Purbrick
Traduction de Nicole G. Albert
p. 115-135

Résumés

L’article porte sur un mouchoir décoré par des femmes de l’Armée Républicaine Irlandaise (IRA) pendant leur incarcération à la prison d’Armagh, en 1976. Il s’intéresse aux aspects concrets d’un objet genré et politisé. En effet, le tracé, le remplissage à la couleur, la signature et l’échange de ce tissu prennent place à la fin de la première phase du conflit en Irlande du Nord caractérisée par les emprisonnements politiques. Dans les années 1970, les prisonniers républicains adaptent une activité féminine, la broderie. Illustrant cette pratique, le mouchoir d’Armagh passe pour un exemple de tissu, certes hétérogène et marqué d’emprunts, mais qui conserve ses qualités liées au genre. Cet article s’intéresse donc aussi à la signification même du tissu.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un autre mouchoir
Les conditions historiques
Les conditions matérielles
La forme empruntée
Un simple morceau de tissu
De la personne
Faire le lien

Aperçu du texte

Au centre d’un grand mouchoir de coton blanc se détache un fusil sur fond de drapeau. L’arme est une Kalachnikov, le fanion arbore les trois couleurs de l’Irlande. Les deux se composent d’aplats de couleurs réalisés avec des feutres. Au-dessus, une banderole déroulée porte une inscription au feutre noir : « ’A’ Company » suivie de la date « 1976 » (fig. 1, cahier photos). La date est scindée en deux et vient se loger, à chaque extrémité de la bannière, dans le drapé du tissu. L’inscription détourée en orange « armagh jail » (« Prison d’Armagh »), située au-dessus de la banderole et sous la bride du fusil, complète le motif central : tout autour une constellation de noms. Quarante-cinq femmes ont signé au stylo à bille. La plupart ont mentionné un quartier suivi d’un nombre d’années ; beaucoup d’entre elles tirent un trait sous ces détails relatifs à leur vie. L’ourlet inférieur porte cette dédicace : « to geordie & bernadette, from christine armagh jail 1976 » (« à Geordie et Bernad...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Purbrick, « Le mouchoir d’Armagh. Tissu, genre et politique », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 40 | 2014, 40 | 2014, 115-135.

Référence électronique

Louise Purbrick, « Le mouchoir d’Armagh. Tissu, genre et politique », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 26 novembre 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://clio.revues.org/12140 ; DOI : 10.4000/clio.12140

Haut de page

Auteur

Louise Purbrick

Principal Lecturer en histoire de l’art et design à l’université de Brighton (Royaume-Uni) (http://arts.brighton.ac.uk/staff/louise-purbrick). Sa recherche porte sur la compréhension de la culturelle matérielle, en particulier en rapport avec les conflits, le colonialisme et les luttes politiques. Le site et les artefacts de la prison Long Kesh/Maze prison font l’objet de plusieurs de ses travaux publiés sous forme d’articles. Louise Purbrick travaille actuellement sur un projet financé par le Arts and Humanities Research Council (Royaume-Uni), « Traces of Nitrate: Photography and History between Britain and Chile » (http://arts.brighton.ac.uk/projects/traces-of-nitrate)
L.Purbrick@brighton.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page