Navigation – Plan du site
Dossier

Genre et éthique des objets dans le cinéma de l’Allemagne d’après-guerre

Natalie Scholz
Traduction de Julie Sauvage
p. 89-113

Résumés

Cet article s’attache à deux films représentatifs de l’« esthétique des décombres », Les Assassins sont parmi nous et Entre hier et aujourd’hui, pour analyser, du point de vue du genre, la présentation des objets légués par le nazisme. Les objets à l’écran sont compris comme des « événements tangibles » qui témoignent du bouleversement de l’ordre des choses dans l’Allemagne d’après-guerre, y compris celui de l’héritage de la confiscation et de l’« aryanisation » de l’espace allemand. Dans ces films, un parallèle est établi entre le sentiment de culpabilité éprouvé par les hommes par rapport aux objets arrachés à une femme, victime, et le problème de dépossession (ainsi que son corollaire, le meurtre collectif) qui vient se mêler aux défis des relations de genre dans l’après-guerre. L’activité même de nettoyage et de remise en ordre est représentée comme une forme féminine de travail ; ces interventions physiques de la part des femmes sont aussi chargées de résoudre le problème posé par l’embarrassante présence des restes matériels du Troisième Reich.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Genre, culture matérielle et héritage du passé nazi
Deux films, trois entrées en scène et le fardeau matériel du passé
Domesticité d’après-guerre : balayer un passé pour en susciter un autre
Dans les décombres de la ville : hommes coupables et femmes dépossédées

Aperçu du texte

Genre, culture matérielle et héritage du passé nazi

Ces dernières années, la notion de genre a joué un rôle croissant dans le débat scientifique portant sur les efforts, parfois contradictoires, qu’a fournis l’Allemagne de l’après-guerre pour se confronter à son passé nazi. Certains historiens soutiennent que l’effondrement de la société nationale-socialiste y a entraîné une crise aiguë de la masculinité et que la reconstruction d’une quelconque forme d’autorité masculine relevait alors d’un vrai défi. Différentes études ont montré que, dans le contexte de la défaite, les femmes étaient à la fois considérées comme des coupables, qui avaient trahi sur le plan sexuel, et comme des icônes de pureté morale, que n’avaient pas souillées les crimes nazis. À ce titre, elles se virent confier la responsabilité de « recoller les morceaux », au sens littéral comme au sens figuré, celle d’assurer un nouveau départ et d’aider les hommes à assumer leur propre passé. Dans cette optique, Elizabeth H...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Scholz, « Genre et éthique des objets dans le cinéma de l’Allemagne d’après-guerre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 40 | 2014, 40 | 2014, 89-113.

Référence électronique

Natalie Scholz, « Genre et éthique des objets dans le cinéma de l’Allemagne d’après-guerre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 26 novembre 2017, consulté le 21 juin 2017. URL : http://clio.revues.org/12122 ; DOI : 10.4000/clio.12122

Haut de page

Auteur

Natalie Scholz

Assistant Professor de l’histoire moderne et contemporaine à l’université d’Amsterdam (Pays-Bas). Elle s’intéresse à l’histoire culturelle politique dans l’Europe contemporaine (France et Allemagne) et notamment aux représentations symboliques et à l’imaginaire populaire. Elle travaille actuellement sur un livre portant sur le sens politique d’objets du quotidien dans l’Allemagne de l’Ouest de l’après-guerre. Parmi ses publications notons, Die imaginierte Restauration. Repräsentationen der Monarchie im Frankreich Ludwigs XVIII, Darmstadt, WBG, 2006 ; Représentation et pouvoir. La politique symbolique en France, 1789-1830, Presses Universitaires de Rennes, 2007 (co-dirigé avec Christina Schröer) ; « La démocratie et ses objets ou Repenser la représentation symbolique du politique á l’époque contemporaine », Les Cahiers du CEVIPOF, 58 (février 2014), p. 69-85.
N.Scholz@uva.nl

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page