Navigation – Plan du site
Compléments en ligne : Clio a lu

Christine Morin-Messabel (dir.), Filles/Garçons. Questions de genre, de la formation à l’enseignement

Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, 502 p.
Eleanor L. Rivera
Traduction de Linsey Sainte-Claire
Référence(s) :

Christine Morin-Messabel (dir.), Filles/Garçons. Questions de genre, de la formation à l’enseignement, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, 502 p.

Texte intégral

1Ce recueil offre à ses lecteurs diverses pistes d’interprétation. Elles se distinguent tant par le contenu de ses chapitres que par la question plus large de la place essentielle des études touchant à l’éducation. L’ouvrage, véritablement interdisciplinaire, remet en question la relation entre l’éducation et le genre grâce aux contributions d’historiens, de spécialistes en science de l’éducation, de sociologues, de psychologues et d’enseignants allant de la maternelle à l’université.

2Le livre résulte d’un projet d’une dizaine d’années proposé par l’Institut universitaire de formation des maîtres de l’académie de Lyon, projet qui avait pour mission initiale de former les enseignants aux problèmes de l’égalité des sexes et de la mixité. Dirigée par Michelle Zancarini-Fournel et Christine Morin-Messabel, cette initiative prône l’importance, sur le plan historique et contemporain, de la recherche et de la documentation sur le genre et l’éducation. L’analyse concrète de données empiriques tirées des salles de classe contemporaines met en lumière l’urgence exprimée par les chercheurs d’une prise de conscience de la place qu’y tient le genre et de l’ouverture aux filles et aux garçons d’opportunités égales.

3L’éventail des chapitres montre les riches possibilités des études de genre. En voici quelques exemples : on y trouve notamment une étude historique des militants catholiques en faveur de l’économie domestique au début du xxe siècle, une analyse des divergences concernant les modes d’articulation du langage chez les filles et les garçons, ou encore une enquête sur les images en premières de couverture dans la littérature pour la jeunesse.

4Le recueil se divise en trois parties thématiques: « Genre et histoire », « Transversalités », et « Genre et image ». Ces thèmes souvent imbriqués les uns dans les autres reflètent néanmoins des approches différentes dans l’étude de l’éducation et du genre. Christine Morin-Messabel ne saurait mieux dire quand elle déclare dans son introduction que le mélange des perspectives est « une nécessité pour comprendre la complexité des effets “genrés” en contexte éducatif et pour mettre en place des formations s’appuyant sur des données récentes de recherche » (p. 23).

5La première partie, « Genre et histoire », donne le ton au reste du volume en offrant des analyses historiques du genre aussi bien au niveau du contenu pédagogique qu’à celui de la formation des maîtres. Les chapitres écrits par Yves Verneuil et Sandrine Roll montrent de façon convaincante la longue durée des débats sur la place des femmes dans l’éducation. Les deux autres travaux de cette section amènent le lecteur à l’histoire contemporaine avec le chapitre de Loïc Szerdahelyi sur la formation des enseignants d’EPS peu après 1968 et celui de Nicole Lucas sur la présence, ou plutôt l’absence, des femmes dans les manuels d’histoire.

6Après cette introduction historique, les quatorze chapitres qui composent la seconde partie du livre explorent la formation des enseignants, les défis rencontrés par la mise en place de la mixité ainsi que les pratiques éducatives quotidiennes dans les salles de classe allant de la maternelle aux écoles professionnelles. Ils contribuent non seulement à mieux comprendre le statut « genré » de l’éducation contemporaine mais à évaluer les efforts visant à promouvoir des opportunités égales dans les écoles françaises en sensibilisant les enseignants à ce sujet. Le titre de la section, « Transversalités », est particulièrement juste dans la mesure où chacun de ces chapitres touche, à différents niveaux, à la question du genre et de l’éducation. Si cette approche risque de désarmer le lecteur qui s’attendrait à ce que les chapitres se fondent en un seul récit, elle témoigne du moins du caractère pluriel des collaborateurs incités à travailler ensemble par l’IUFM.

7Il est difficile de rendre justice à la diversité des approches et des conclusions exposées dans la deuxième partie de Filles/Garçons. C’est néanmoins dans cette partie que l’impact du travail de plusieurs générations en faveur de l’égalité et de la mixité ainsi que la persistance de certaines conceptions du rôle des sexes et des attentes de la société sont évalués. Le chapitre d’Yveline Jaboin, par exemple, illustre parfaitement ce phénomène. Au cours d’un sondage des enseignants en maternelle, Y. Jaboin cherche à comprendre non seulement le rôle que joue la mixité dans une profession traditionnellement considérée comme féminine mais aussi les réactions des parents vis-à-vis des enseignants de sexe masculin en maternelle. On constate ainsi que, loin de briser les rôles confortés par la tradition, la mixité en maternelle semble renforcer l’idée de complémentarité entre les sexes, à la fois dans l’organisation pédagogique de l’enseignement et dans les attentes des parents face aux enseignant.e.s (p. 340-341). À l’instar de plusieurs auteurs de cette partie du livre, Y. Jaboin met l’accent sur le caractère souvent paradoxal des résultats obtenus dans la promotion de l’égalité et de la mixité durant les trente dernières années.

8La troisième et dernière partie se concentre sur un aspect spécifique du genre et de l’éducation : les images « genrées » présentées aux étudiants et aux enseignants. Par l’analyse de quatre sources différentes, les auteurs respectifs observent que s’il y a évolution des mentalités, il reste à faire pas mal de chemin avant d’arriver à une représentation égalitaire des sexes et à sa prise de conscience. Cela ressort particulièrement des deux chapitres qui analysent les livres destinés à la jeunesse. Carole Brugeilles, Elsa Garcin, Josette Costes et Virginie Houadec fournissent dans deux études distinctes l’analyse à la fois quantitative et visuelle des manuels de mathématiques et de la littérature pour les jeunes. Dans les deux cas, les femmes et/ou les filles sont moins représentées et les représentations qui leur sont liées sont substantiellement différentes.

9Le recueil Filles/Garçons donne au lecteur un large aperçu de la panoplie des recherches effectuées sur la question de l’éducation et du genre. Néanmoins, le caractère succinct de certains chapitres laisse parfois sur sa faim le lecteur qui souhaiterait plus de données empiriques et des conclusions plus élaborées. De plus, si le côté interdisciplinaire de cet ouvrage est bien son fort, il laisse par moment au lecteur l’impression de sauter d’un sujet à l’autre. La variété des sujets et des approches qu’il propose en ce qui concerne l’éducation et le genre nous rappelle sans doute le rôle fondamental que joue l’éducation dans la formation des identités de sexe ainsi que la présence indéniable de l’inégalité entre les sexes et des stéréotypes, qu’ils soient ou non conscients. Il faut donc saluer le travail important accompli par certains enseignants pour aller à l’encontre de cette situation. Constat qui ne peut que renforcer l’appel initial lancé en 2010 en faveur d’une recherche et d’une documentation plus importantes sur le genre et l’éducation, un appel auquel le livre répond de façon appropriée. Aussi cet ouvrage collectif saura-t-il intéresser autant les chercheurs qui traitent de la question du genre, de l’éducation et de la formation sociale que les enseignants de tous niveaux et les non-spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eleanor L. Rivera, « Christine Morin-Messabel (dir.), Filles/Garçons. Questions de genre, de la formation à l’enseignement », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/12045

Haut de page

Auteur

Eleanor L. Rivera

The University of Chicago

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page