Navigation – Plan du site

Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000. Une réponse féministe au révisionnisme ?

The Women’s International War Crimes Tribunal (Tokyo, 2000): a feminist answer to historical revisionism?
Christine Lévy
p. 129-150

Résumés

L’article examine les conditions qui ont permis la tenue du Tribunal international des femmes de Tokyo pour juger du système de l’esclavage sexuel institué par l’armée impériale japonaise pendant la guerre d’Asie-Pacifique (1937-1945). Il considère qu’il a été à la fois une réponse aux besoins des victimes et au révisionnisme ambiant sur les questions des violences commises pendant la guerre d’Asie-Pacifique et jugées lors du procès militaire de Tokyo en 1946-1948. Moment important pour la reconnaissance et la condamnation des violences exercées à l’encontre des femmes en temps de guerre et lors des conflits armés, il est à la fois l’aboutissement de nouveaux paradigmes en histoire des femmes et histoire orale, et le point de départ pour un soutien actif aux femmes victimes de violence.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Pourquoi un nouveau procès à Tokyo ?
Des violences sexuelles passées sous silence
Sortir de l’oubli : une décennie de révélations, de revendications et de controverses
Convergence des critiques nationales et internationales
Le Tribunal international des femmes et ses objectifs
La charte, les procureurs et les juges
Les témoins
Le réquisitoire, les accusés et le jugement : l’enjeu de la figure de l’empereur
Qui sont les accusés ?
Le jugement
Vers de nouvelles perspectives féministes ?

Aperçu du texte

Du 8 au 12 décembre 2000, pendant quatre jours se tint à Tokyo, le Tribunal international des femmes sur les crimes de guerre et l’esclavage sexuel de l’armée japonaise (infra Tribunal international des femmes). Le réseau vaww-net (Violence Against Women in War Network), le principal initiateur, s’était constitué à la suite d’une conférence internationale à Tokyo, en 1997. Celle-ci avait réuni une quarantaine de militantes de vingt pays différents pour débattre des atrocités commises contre les femmes dans les conflits armés, faisant écho à la sensibilisation de l’opinion internationale à ce type de crimes, suite aux événements de l’ex-Yougoslavie et du Rwanda. Ce procès fut le point d’orgue d’une décennie de prise de paroles des anciennes femmes de réconfort.

Pourquoi un nouveau procès à Tokyo ?

Des violences sexuelles passées sous silence

Dès 1932, et de façon systématique à partir de 1938, le Japon a organisé des « maisons de réconfort » en déportant de divers pays asiatiques des je...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Lévy, « Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000. Une réponse féministe au révisionnisme ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, 39 | 2014, 129-150.

Référence électronique

Christine Lévy, « Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000. Une réponse féministe au révisionnisme ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/11888 ; DOI : 10.4000/clio.11888

Haut de page

Auteur

Christine Lévy

Lévy Christine, maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, membre du Centre de recherches sur les civilisations d’Asie orientale (CRCAO – UMR 8155), Centre de recherches sur le genre de l’université Waseda en qualité de chercheure associée. Ses publications : direction de Modernité et genre au Japon : la revue Seitô et la femme nouvelle, Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2014 ; direction du dossier spécial Naissance d’une revue féministe au Japon : Seitô (1911-1916),Tokyo, Maison franco-japonaise, automne/hiver 2012, p. 7-171 ; co-direction avec Thierry Ribault du numéro spécial « Catastrophes du 11 mars 2011, désastre de Fukushima, fractures et émergences », n°47 de Ebisu-Études japonaises, Tokyo, Maison franco-japonaise, printemps-été 2012 (Traduction japonaise aux éditions Akashi shoten, mai 2013, sous le titre Shinsai to hyumanizumu, san.ten.ichiichi go no hakyoku o megutte). christinelevylund@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page