Navigation – Plan du site

Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000)

The hero and the martyr, or rape erased from the record (Lithuania, 1944-2000)
Alain Blum et Amandine Regamey
p. 105-128

Résumés

En juin 1959, Elena Spirgevičienė, de Kaunas (Lituanie), saisit le comité central du parti communiste d’Union soviétique d’une plainte contre l’attribution à titre posthume du titre de Héros de l’URSS au partisan Alfonsas Čeponis. En 1944, affirme-t-elle, cet homme faisait partie d’une bande qui a assassiné sa sœur, l’a violée elle-même, et a tenté de violer puis a tué sa fille. Fondé en particulier sur des documents d’archives originaux publiés dans ce même numéro de Clio, cet article retrace les différentes étapes de l’affaire et les récits contradictoires qu’elle met en jeu. Il oppose la figure du héros soviétique Čeponis à sa déconstruction par la plaignante qui le dépeint comme un bandit. Il montre le retournement qui a lieu lors de l’examen de la plainte par le Comité central du parti communiste de Lituanie : non seulement le viol commis contre la plaignante est nié, mais c’est elle qui se retrouve en position d’accusée. Enfin, il retrace comment la tentative de viol de la fille, suivie de son assassinat, est utilisée par le discours lituanien dissident dans les années 1970, dominant aujourd’hui, pour construire une nouvelle figure de martyre

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Héroïsme soviétique du combattant
Meurtre, pillage et viol – retour au banditisme criminel
La transformation de la plaignante en accusée
La sanctification de la victime dans le discours nationaliste lituanien
Conclusion : deux martyrs, un héros et une sainte

Aperçu du texte

Le 10 juin 1959 Elena Spirgevičienė, vivant à Kaunas en Lituanie, saisit le Comité central du parti communiste d’Union soviétique. Elle s’insurge contre l’attribution à titre posthume du titre de Héros de l’Union soviétique, à un certain Alfonsas Čeponis, partisan soviétique, mort en 1944 lors d’une opération de la Gestapo. Or, selon Elena Spirgevičienė, cet homme ne mérite pas ce titre : il faisait partie d’une bande criminelle qui a assassiné sa sœur, l’a violée elle-même, et a tenté de violer puis a tué sa fille, Elena Spirgevičiūtė. Cette histoire controversée jusqu’à aujourd’hui, incarne la complexité de la situation de ces territoires, occupés par l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale, et dans lesquels les partisans soviétiques menèrent une longue guérilla jusqu’à l’arrivée de l’armée Rouge. Ces partisans, héros en Union soviétique, sont nommés « bandits » par les autorités allemandes. L’histoire cristallise aussi la tension permanente entre la population de la L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Blum et Amandine Regamey, « Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, 39 | 2014, 105-128.

Référence électronique

Alain Blum et Amandine Regamey, « Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/11876 ; DOI : 10.4000/clio.11876

Haut de page

Auteurs

Alain Blum

Blum Alain, directeur de recherche à l’Ined et directeur d’études à l’Ehess, est chercheur CNRS au Centre d’études franco-russe de Moscou (CEFR). Ses recherches actuelles portent sur la question des déplacements forcés des populations, en particulier celle des personnes déportées d’Europe centrale et orientale vers l’URSS entre 1939 et 1953. Auteur de Déportés en URSS. Récits d’Européen au goulag, Paris, Autrement, 2012 (co-direction avec Marta Craveri et Valérie Nivelon) (voir aussi le musée virtuel Archives sonores – mémoires européennes du goulag : http://museum.gulagmemories.eu) et L’Anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Paris, La Découverte, 2003 (avec Martine Mespoulet). Blum@ehess.fr

Amandine Regamey

Regamey Amandine est maîtresse de conférences à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne et chercheuse rattachée au CERCEC (EHESS/CNRS). Elle a publié plusieurs articles sur les violences contre les civils, et en particulier contre les femmes, durant la guerre de Tchétchénie. Dernier article avec Anne Le Huérou dans l’Encyclopédie de la violence de masse, 2012 [http://www.massviolence.org]. Elle avait déjà étudié les mécanismes de négation du viol et de transformation de la victime en coupable dans l’affaire Boudanov, seule affaire de viol en Tchétchénie jamais portée devant la justice (voir l’article publié dans The Journal of Power Institution in post-Soviet Societies, www.pipss.org, en 2008). amandine.regamey@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page