Navigation – Plan du site

Hommes guerriers et femmes invisibles. Le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien

Male warriors and invisible women, scribal choices in the Ancient Near East
Philippe Clancier
p. 19-36

Résumés

L’analyse de la place des femmes dans les guerres au Proche-Orient ancien est contingente d’un fait essentiel qui est qu’il n’y a pas de droit de la guerre. Il existe cependant des lois visant à permettre aux épouses, dont les maris auraient été faits prisonniers ou seraient considérés comme disparus, de se remarier. C’est donc plutôt dans la pratique de la guerre qu’il faut principalement rechercher la place des femmes. Les reines d’Assyrie, telles Sammuramat (Sémiramis) ou encore Naqi’a/Zakutu furent suffisamment investies dans la gestion de leur État pour avoir leur mot à dire sur les actions militaires. C’est en tout cas très certainement le cas de Sammuramat. C’est cependant surtout dans le cadre des violences faites aux femmes que l’on voit apparaître ces dernières. Et pourtant il n’est pas particulièrement fait mention de mauvais traitements qui leur seraient réservées. Elles suivaient le sort commun des populations vaincues, entre massacres et déportations.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le droit de la guerre au Proche-Orient ancien
Un cas documentaire marginal : les femmes « combattantes »
Les violences faites aux femmes
Les déportations

Aperçu du texte

Le domaine militaire, au Proche-Orient ancien, était jugé comme étant l’affaire des hommes. Son traitement dans les écrits cunéiformes ne laisse que bien peu de rôle aux femmes en dehors de celui de victime, et encore. Plus exactement, cette vision est le reflet de sources qui ne parlent pratiquement jamais des femmes en tant qu’actrices, que ce soit sur le champ de bataille ou lors des sièges de villes. Les données à disposition de l’assyriologue sont pourtant nombreuses et variées, qu’il s’agisse de textes législatifs ou plus généralement à valeur juridique, d’inscriptions royales, des reliefs des palais assyriens, etc. Cependant, ce n’est pas uniquement dans les sources « officielles » qu’il faut rechercher quelque éclairage sur le traitement des femmes en temps de guerre, mais aussi dans les textes de la pratique (ces tablettes produites quotidiennement par les administrations royales, provinciales, les sanctuaires ou les particuliers). Elles donnent une idée de la place des fem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Clancier, « Hommes guerriers et femmes invisibles. Le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, 39 | 2014, 19-36.

Référence électronique

Philippe Clancier, « Hommes guerriers et femmes invisibles. Le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://clio.revues.org/11831 ; DOI : 10.4000/clio.11831

Haut de page

Auteur

Philippe Clancier

Clancier Philippe, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sujet de recherche : Les pratiques lettrées et les bibliothèques en Mésopotamie au Ier millénaire ; la moyenne vallée de l’Euphrate aux périodes médio-assyrienne, néo-assyrienne et néo-babylonienne ; histoire politique et institutionnelle de la Babylonie à l’époque hellénistique et parthe. Auteur des Bibliothèques en Babylonie dans la deuxième moitié du Ier millénaire av. J.-C. Münster, Ugarit-Verlag, AOAT 363, 2009 ; de « Cuneiform culture’s last guardians: the old urban notability of Hellenistic Uruk », dans K. Radner et E. Robson (eds), The Oxford Handbook of Cuneiform Culture, Oxford University Press, 2011, p. 752-773 ou encore (avec A. Tenu) de « Haradu dans l’empire assyrien xiie-viiie siècles », dans Ch. Kepinski (dir.), Haradu III. Haradu forteresse du moyen Euphrate iraquien (xiie-viiie av. J.-C.), Paris, De Boccard, 2012.
Philippe.Clancier@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page