Navigation – Plan du site
Compléments en ligne : Clio a lu

Anne Cova & Bruno Dumons (dir.), « Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, xixe-xxe siècle) », Chrétiens et sociétés (Documents et mémoire, n° 17)

Anthony Favier
Référence(s) :

Anne Cova & Bruno Dumons (dir.), « Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, xixe-xxe siècle) », Chrétiens et sociétés (Documents et mémoire, n° 17), 2012, 208 p.

Texte intégral

1Anne Cova & Bruno Dumons (dir.), « Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, xixe-xxe siècle) », Chrétiens et sociétés (Documents et mémoire, n° 17), 2012, 208 p.

2Le dernier numéro de la revue Chrétiens et sociétés dirigé par Anne Cova et Bruno Dumons s’intéresse aux « nouvelles recherches » et aux « nouveaux objets » portant sur les femmes, le genre et le catholicisme à l’époque contemporaine. Cet ouvrage est principalement issu d’une journée d’étude organisée à Lyon en mars 2011 par les équipes « Genre et sociétés » et « Pouvoirs, villes et sociétés » du LARHRA. L’ouvrage s’organise autour de cinq axes thématiques : l’espace du politique, la spiritualité au féminin, le genre en question, le féminisme catholique et les religieuses dans les espaces de mission.

  • 1 Étienne Fouilloux « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine », clio, Histoire, femmes e (...)

3Dans le sillage des grands articles historiographiques sur l’histoire des femmes et du catholicisme réalisés pour Clio HFS par Étienne Fouilloux en 1995 et Bruno Dumons en 20021, l’introduction offre une salutaire synthèse sur l’histoire actuelle du genre dans le catholicisme. Relevée par des contemporains, comme par exemple Jules Michelet, la féminisation de la foi au xixe siècle a pourtant mis du temps à devenir un objet historique. Sur le dimorphisme de la pratique, l’essor des congrégations religieuses féminines, puis des mouvements de militantes laïques, sur l’engagement religieux au féminin en général, de nombreux travaux sont désormais disponibles. Mais ce n’est que récemment qu’émerge une véritable et substantielle réflexion en termes de genre, qui englobe dans son périmètre le masculin, la dimension relationnelle ainsi que les rapports de pouvoir.

4L’introduction de Bruno Dumons constitue également un intéressant bilan prospectif. Quels chantiers peuvent être vus comme prioritaires dans l’investigation du genre catholique ? L’historien répond : la politisation, le féminisme, l’exercice charitable et le travail pastoral, mais aussi la masculinité tant laïque que sacerdotale. Le discours catholique du moi et de l’intime constitue sûrement un des champs en essor de l’histoire du genre. Carol E. Harrison propose ainsi une innovante analyse du Récit d’une sœur (1866), une mémoire de la vie et de la mort du frère et des sœurs de son auteure, Pauline Craven. Ce livre connaît durant toute la moitié du xixe siècle un succès éditorial important. L’historienne américaine montre comment les modèles de sainteté participent à la formation des subjectivités. Rédigé dans le respect absolu du cadre moral genré catholique, le Récit d’une sœur n’a peut-être pas empêché l’avènement d’une subjectivité plus moderne, où la soumission et l’abnégation féminines laissent place au questionnement ainsi qu’à une remise en cause de la bienséance bourgeoise pour laquelle l’intime ne doit pas être pas révélé publiquement.

5De manière générale, une problématique commune semble se dégager des différentes contributions : comment des actrices et des acteurs, soumis aux puissantes contraintes normatives du genre, parviennent-ils à redéfinir leur agency (capacité d’agir) ? Dans ce processus continûment activé et négocié, des moments durant lesquels le genre se recompose particulièrement semblent essentiels. Florence Rochefort signe ainsi un intéressant chapitre sur les liens entre les féministes de la génération des années 1890 et les chrétiennes, à travers une étude de la revue la Femme contemporaine de l’Abbé Lagardère. Ce courant « pionnier », à l’image de la revue de Marie Maugeret, peut aller jusqu’à revendiquer, en plus de sa fidélité à la doctrine catholique, le droit de vote des femmes. Toutefois, dans l’après 1905, avec le resserrement du discours de Pie X, le rapprochement est beaucoup moins à l’ordre du jour.

6Ce que donne bien à comprendre, en fait, le chapitre de Magali Della Sudda consacré à la découverte par les femmes catholiques de l’action publique à travers l’étude de la Ligue Patriotique des Françaises (LPDF) au début du xxe siècle. Proches de l’Action Libérale Populaire (ALP) de Jacques Piou, les ligueuses élaborent une « identité politique qui se distingue de l’universalisme républicain » et « optent pour une autre forme de citoyenneté » (p. 45). Refusant surtout la laïcité mise en avant par les républicains, car elle suppose une identité citoyenne neutre et abstraite, elles préfèrent s’investir dans les secteurs sociaux et éducatifs conformes à leurs prérogatives de femmes et de mères qu’elles estiment « naturelles ». Les ligueuses souscrivent plus aisément au « modèle conjugaliste de citoyenneté » (p. 48) qui agit comme un idéal selon lequel le père (et mari) dispose d’un droit de vote effectif mais où la mère (et épouse) doit participer à l’élaboration du jugement de son mari. LPDF et ALP forment d’ailleurs un attelage militant politique qui peut rappeler « l’union des époux sanctifiés par le mariage qui doit fonder l’ordre social catholique » (p. 49). Cette analogie semble d’autant plus pertinente que, comme le prêtre pour un couple catholique, l’aumônier du mouvement joue le rôle de médiateur et se présente comme le garant de l’autonomie des deux mouvements.

7Sur l’époque plus contemporaine, Mathilde Dubesset propose une monographie, qui comble un manque historiographique important, du mouvement féministe catholique « Femmes et Hommes dans l’Église », né dans le sillage des années 1968 et du Concile Vatican II, dans un moment catholique particulier où on pouvait croire que le projet d’égalité effective entre hommes et femmes pourrait s’étendre aux ministères et au gouvernement de l’Église. Autre moment de contestation du genre, analysé cette fois-ci par Céline Béraud, celui du temps présent français à travers deux « affaires » : la création du « Comité de la Jupe » en 2009 et l’exclusion dans certaines paroisses des petites filles du service de chœur qui a pu entraîner des protestations. La sociologue s’interroge : « Après une longue phase d’atonie, le catholicisme serait-il entré dans un nouveau régime de contestation ? » (p. 115) Rappelant le caractère encore marginal de cette dernière et le poids du légitimisme catholique à l’égard de la hiérarchie cléricale, Céline Béraud préfère avancer que les questions de genre travaillent désormais l’institution ecclésiale de l’intérieur. Elle pointe également une évolution par rapport aux contestataires des années 1970 : la stratégie choisie se porte désormais dans l’institution plutôt qu’à sa marge.

8La dernière partie de l’ouvrage concerne l’immense champ d’études des femmes, encore abordé ici classiquement à partir des seules religieuses investies dans l’espace missionnaire catholique. Une notice biographique sur Anna de Rosier, fondatrice du premier pensionnat des Dames du Sacré-Cœur à Santiago du Chili en 1860, et une analyse des baptêmes clandestins, réalisés par les sœurs en cas d’urgence selon les dispositions prévues par le Code de droit canon, offrent deux intéressantes études de cas.

9L’apport du questionnement par le genre du catholicisme semble donc plus que jamais fructueux. Loin de constituer une synthèse exhaustive, ce recueil d’articles stimule les perspectives, ouvre de nouveaux horizons et renouvelle les questionnements qui, espérons-le, trouveront écho au-delà des seuls historien-ne-s des femmes et du genre ou des historien-ne-s du religieux.

Haut de page

Notes

1 Étienne Fouilloux « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine », clio, Histoire, femmes et sociétés, 2, 1995, p. 319-329, et Bruno dumons « Histoire des femmes et histoire religieuse contemporaine : de l’ignorance mutuelle à l’ouverture », CLIO, Histoire, femmes et sociétés, 15, 2002, p. 147-157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Favier, « Anne Cova & Bruno Dumons (dir.), « Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, xixe-xxe siècle) », Chrétiens et sociétés (Documents et mémoire, n° 17) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 38 | 2013, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://clio.revues.org/11776

Haut de page

Auteur

Anthony Favier

Université de Lyon 2. UMR LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page