Navigation – Plan du site
Compléments en ligne : Clio a lu

Patricia Izquierdo, Devenir poétesse à la belle époque (1900-1914)

Étude littéraire, historique et sociologique, Paris, L’Harmattan, collection « Espaces littéraires », 2009, 396 p.
Christine Planté
Référence(s) :

Patricia Izquierdo, Devenir poétesse à la belle époque (1900-1914). Étude littéraire, historique et sociologique, Paris, L’Harmattan, collection « Espaces littéraires », 2009, 396 p.

Texte intégral

  • 1 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin », dans L’Avenir de l’intelligence, Nouvelle Librairie Nat (...)
  • 2 Sur cette question, voir Ch. Planté, « Quel compte donc fais-tu des femmes ? - Femmes et poésie en (...)

1Les premières années du XXe siècle ont vu en France un essor de la presse féminine et de la production littéraire des femmes, marquées par une vogue de la poésie d’autant plus frappante qu’elle reste sans équivalent dans d’autres périodes. On ne saurait y voir un mouvement littéraire cohérent ni concerté – quoique certains commentateurs aient parfois, à la suite de Charles Maurras, parlé à ce propos de « romantisme féminin1 » –, et cette étonnante reconnaissance publique d’une poésie écrite par des femmes, de courte durée (on ne la retrouve nullement après la guerre de 14-18), sera ensuite vite oubliée dans une histoire littéraire française plus portée à minorer ou passer sous silence les femmes poètes qu’à les consacrer2. En revanche, le phénomène a frappé bien des contemporains comme un trait caractéristique de la vie littéraire de leur époque, et suscité des anthologies, des numéros spéciaux de revues et des discours critiques en abondance, et il a par la suite retenu l’attention de spécialistes de la période, donnant lieu à des biographies et des études monographiques pour les femmes poètes les plus connues (Natalie Barney, Lucie Delarue-Mardrus, Gérard d’Houville, pseudonyme de Marie de Régnier, Anna de Noailles, Renée Vivien), et à des rééditions qu’on peut juger encore trop rares, suscitant des éclairages du point de vue de l’histoire poétique et culturelle, sans faire cependant l’objet d’une étude d’ensemble.

  • 3 Natalie Barney, Marguerite Burnat-Provins, Gérard d’Houville (pseud. de Marie de Régnier), Marie Da (...)

2L’ouvrage de Patricia Izquierdo est donc bienvenu, qui se propose d’aborder frontalement l’énigme qu’a constituée selon elle « cet essor impressionnant et très limité dans le temps » sous un angle à la fois sociohistorique et littéraire. Pour ce faire, elle s’appuie sur l’étude de 65 recueils poétiques publiés entre 1900 et 1914 par quatorze femmes3, qu’elle s’emploie à resituer précisément dans leur contexte culturel. Comme tout corpus, celui-ci prête à discussion, mais il faut d’abord souligner son ampleur et sa diversité, qui font l’intérêt et la nouveauté du livre. À côté des poètes les plus connues, on y découvre en effet des auteures moins fréquentées, dont la présentation nuance et complète le tableau proposé, invitant à reconsidérer la période au-delà des idées reçues et mettant à mal toute vision unifiée et lénifiante d’un « féminin » de convention. Cependant cette diversité et ce nombre font aussi la difficulté de l’ouvrage : difficulté de composition et d’écriture, car il n’est pas facile de traiter cette série de poètes en évitant les effets de catalogues, et difficulté de lecture – car même avec une bonne connaissance de la littérature française et des poètes les plus connues, il n’est pas aisé de se repérer dans la masse d’informations livrée et de s’approprier le riche savoir de Patricia Izquierdo, qui puise aussi bien dans des commentaires et témoignages d’époque que dans des études plus récentes. Le livre n’a pas voulu renoncer au mode d’exposition détaillé de la thèse pour une écriture de l’essai – qui, certes en privant de détails, permet d’ordonner plus clairement les connaissances autour de quelques enjeux majeurs.

3L’avant-propos indique pourtant une très claire proposition de lecture : la « poésie féminine » est une invention masculine, développée afin de maintenir en la réaménageant la domination des hommes sur un champ littéraire en pleine évolution, où ils se sentent menacés par la concurrence de femmes dont le statut change dans la société. Ce mythe produit à court terme des effets ambivalents, que ne doit pas masquer l’image convenue d’une Belle Époque de « La Femme », et entraîne à plus long terme des consé­quences très néfastes en tendant à enfermer les femmes auteurs dans un ghetto aussi dévalorisé que pittoresque et gracieux, ­et en particulier les poétesses – ce qu’indiquent bien les connotations de ce substantif féminin en français. En trois longs chapitres, Patricia Izquierdo propose un examen critique de ce mythe qu’elle confronte à la production de poésie féminine ; une réflexion sur les raisons de son édification et de son succès, et sur ses limites ; et une (re)découverte de femmes poètes promues et desservies par ce mythe, dans le vœu de réparer les injustices d’une histoire littéraire encore trop androcentrée. Le livre est complété par une bibliographie (qui pour les femmes poètes du corpus, n’indique pas les rééditions récentes) et un index des noms propres. L’ajout de notices biographiques sur les quatorze poètes étudiées, d’une liste des principaux périodiques avec leur brève présentation, d’un index des ouvrages et périodiques cités et d’une chronologie aurait sans doute rendu plus facile la consultation de l’ouvrage.

4Le premier chapitre, qui dresse une présentation synthétique du phénomène dont il permet de préciser l’importance est d’un grand intérêt. S’interrogeant sur l’attention alors particulièrement marquée à la « poésie féminine », et la comparant à la production des femmes en littérature (y compris celle des auteures du corpus, dont la plupart ont aussi écrit des romans, voire du théâtre ou des essais), Patricia Izquierdo met bien en évidence que le domaine dans lequel les femmes sont encouragées à exprimer leur créativité apparaît à la fois archaïque (par rapport aux grandes tendances éditoriales, qui se déplacent vers le roman et le théâtre), limité dans ses effets politiques et sociaux (ayant moins de chance de toucher un large public que le théâtre ou le pamphlet), et peu lucratif (aucune commune mesure entre ce que rapporte un recueil de poèmes, même bien accueilli, et les gains des romancières célèbres de l’époque). Elle conclut en dégageant nettement le caractère réducteur de la notion de littérature féminine, et la dimension très ambivalente et idéologiquement intéressée que présente cet éloge d’une « poésie féminine ».

5Le deuxième chapitre vise à replacer cette poésie dans le contexte artistique (celui de l’Art nouveau surtout), littéraire et féministe de la période. S’il montre que son rattachement à quelque école que ce soit relève d’un coup de force, souvent rétrospectif, il ne permet pas toujours de situer très clairement cette production par rapport aux mouvements littéraires contemporains. La difficulté d’établir une cartographie poétique pour cette période où abondent les …ismes plus ou moins éphémères (naturisme, jammisme, intégralisme, futurisme, unanimisme…) s’avère en effet démultipliée par l’ampleur et l’hétérogénéité du corpus. Rendre compte dans une commune grille d’analyse des œuvres et positions de ces quatorze femmes issues de milieux, de régions, de sensibilités politiques, littéraires, et religieuses très différentes, certaines soucieuses de théorie ou de reconnaissance littéraire, les autres s’en moquant ou les fuyant, relève de la gageure. Entre la comtesse de Noailles, étoile mondaine qui brille au cœur de la vie parisienne ; Renée Vivien, d’origine anglaise, ayant appris le grec pour lire et traduire Sappho et vivant dans un monde à part marqué par l’exaltation du féminin et du saphisme ; Marie Krysinska, polonaise venue en France étudier la musique, qui a fréquenté le cabaret du Chat noir et revendique l’invention du vers libre – ce qui lui vaut maintes attaques misogynes, xénophobes et antisémites – ; la belge Jean Dominique ou la très discrète Auvergnate Amélie Murat… seule l’appartenance au genre féminin constitue un élément commun justifiant de les rassembler. Certaines l’ont été dans la réception de leur temps, mais non toutes, et le caractère mythique de cette féminité construite par la réception vient d’être brillamment démontré. Au-delà de cette contradiction de principe, le choix de certaines femmes poètes dans ce tableau de groupe se discute fortement. Ainsi, l’inclusion de Judith Gautier (fille de Théophile Gautier, née en 1845) et de Marie Krysinska (née en 1857) rompt l’unité d’un ensemble de poètes par ailleurs nées dans la décennie 1870-1880. Ces deux auteures et leurs œuvres, en soi dignes d’étude, donnent lieu à des développements très intéressants – mais leur présence fragilise la cohérence et la possibilité de tirer des conclusions. D’autant que le respect des bornes chronologiques assignées à l’examen en synchronie des œuvres (1900-1914) est variable, les analyses faisant (pertinemment) assez souvent appel à des livres publiés après 1914 par certaines (Hélène Picard, Anna de Noailles, Lucie Delarue-Mardrus), voire avant 1900 (Judith Gautier), mais les ignorant pour d’autres (Marie Krysinska, dont le premier recueil, important, Rythmes pittoresques, datant de 1890, n’est pas traité).

  • 4 La thèse de Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’Égalité en marche. Histoire du mouvement fémi (...)
  • 5 Domna C. Stanton, The Defiant Muse. French Feminist Poems from the Middle-Ages to the Present. A Bi (...)

6La difficulté est grande quand il s’agit de rendre compte de la relation de ces femmes avec le féminisme contemporain, et plus encore d’analyser les relations que les poétesses entretiennent – ou très souvent n’entretiennent pas – avec lui. Cette réflexion sur le féminisme m’a paru présenter une certaine confusion et s’appuyer sur des connaissances imprécises, dans un exposé non exempt de contradictions (ainsi la critique Aurel, citée p. 215 en tête d’une liste de féministes « au sens militant du terme », se voit-elle en fin de chapitre, p. 252, déclarée « nullement féministe »). L’analyse aurait probablement gagné à mieux distinguer plusieurs problèmes (la solidarité de principe entre femmes, dans le monde, et dans le champ littéraire ; l’adoption d’une posture identifiée, ou revendiquée, comme « féminine » ; la relation entre femmes écrivains et les mouvements féministes), et surtout à s’appuyer davantage sur les travaux existants4, de même que sur des travaux antérieurs sur les femmes poètes, absents ou faisant l’objet de références rapides sans être vraiment intégrés à la réflexion5. Tout en soulevant une série de questions importantes et en livrant de nombreux éléments pour approfondir la réflexion, ce chapitre laisse sur une certaine insatisfaction.

7Le suivant étudie des parcours individuels croisés pour saisir comment on devient à cette époque femme poète, depuis la vocation jusqu’à la publication et la réception. L’intérêt de ces études de cas tient à la connaissance qu’a Patricia Izquierdo de la vie littéraire de la période, dans des pans peu étudiés sur lesquels elle apporte des éclairages précis et souvent suggestifs. Mais l’ampleur du corpus amène des lourdeurs d’exposition, non sans redites, rendant malaisé d’organiser la masse d’informations. Des séquences monographiques plus développées auraient sans doute été de lecture plus facile, alors qu’à travers les constants croisements proposés, on peine à reconstituer une information cohérente sur chaque femme poète. La connaissance des plus célèbres peut certes sortir enrichie de tels rapprochements, mais à l’issue de ces pages, on n’a toujours pas une vision très précise de l’intérêt ni de l’originalité de Marie Dauguet, Cécile Périn ou Amélie Murat, évoquées de façon trop discontinue.

8Les analyses poétiques proprement dites m’ont paru moins convaincantes que celles relevant d’une sociologie littéraire. Patricia Izquierdo s’attache – à raison – à remettre en cause les clichés d’une écriture poétique féminine inspirée, spontanée, sans travail ni calcul. Mais le propos ne va pas sans systématisme ni tendance à la simplification, et les citations sur lesquelles il s’appuie – un des grands intérêts de l’ouvrage –, mériteraient souvent mieux que le commentaire hâtif qu’elle leur accorde. Ainsi lorsque Cécile Périn, citée par Alphonse Séché, déclare : « Je n’ai jamais écrit qu’obsédée par une idée ou violemment impressionnée par une sensation de joie, de douleur ou de beauté, idée ou sensation qui d’elle-même crée un rythme » (p. 265, je souligne), elle se réclame peut-être d’une poésie « instinctive », mais elle ne nie pas toute forme, ni tout travail. Cette poursuite dans le langage d’un rythme qui n’est pas imposé a priori par les règles de la versification, mais produit par la sensation ou l’émotion, se retrouve alors chez d’autres poètes – y compris des hommes.

9Or on trouve peu de comparaisons et d’ouvertures sur les poétiques masculines, qui auraient permis de discuter plus précisément l’existence d’une éventuelle singularité féminine, et la part d’idéologie ou de fantasme intervenant dans sa caractérisation. D’autant que si ces femmes, qui pour certaines d’entre elles connaissent alors une réelle notoriété, vont par la suite être massivement oubliées, c’est que des hommes, leurs contemporains, vont eux rétrospectivement être présentés comme les « grands poètes » de cette période par l’histoire littéraire. Mais en dehors d’analyses très documentées portant sur la réception et les rouages de la vie littéraire, les hommes en question sont presque totalement absents. Claudel et Péguy n’apparaissent pas dans l’index, Apollinaire, peu présent, intervient surtout parce qu’il a signé en 1909 des chroniques sur la littérature féminine du pseudonyme de Louise Lalanne. Seul Francis Jammes, qui a entretenu des relations épistolaires avec plusieurs femmes poètes, et a été donné pour un de leurs maîtres, est plus longuement évoqué. En les ignorant ainsi, l’étude s’oriente vers l’écriture séparée d’une histoire littéraire des femmes, qui peut déboucher sur un « complément » au canon admis, ou sur une proposition de « contre canon », sans toutefois parvenir à réintroduire la relation de genre dans l’écriture d’une histoire littéraire commune.

10Les itinéraires et les écritures de ces quatorze femmes poètes rendent toute généralisation imprudente, voire impossible – comme le reconnaît Patricia Izquierdo elle-même (par exemple p. 341). Aussi la synthèse court-elle le risque de se réduire à de quasi-évidences. De l’ensemble on voit ainsi se dégager un noyau parisien et mondain, de femmes aux noms plus connus – à l’époque et par la suite : Noailles, Vivien, Barney, Gérard d’Houville, Lucie Delarue-Mardrus –, permettant d’affirmer qu’il vaut mieux, pour réussir en littérature, être parisienne, riche, aristocrate, fille ou femme d’écrivain célèbre, jeune, belle, lancée dans la vie mondaine et introduite dans la presse et les milieux de l’édition, qu’issue de milieu plus modeste, d’âge mûr ou vivant sans relations en province. Ce n’est pas vraiment une surprise (encore qu’à la génération précédente, Louise Ackermann puisse constituer un intéressant contre-exemple sur certains points). L’étude dans ce chapitre peine à rendre justice au travail d’écriture de ces femmes dans ses aspects les plus intéressants et sa diversité, victime à son tour de l’effet de groupement. Cette difficulté, de nature théorique et non simplement de technique d’exposition, est récurrente dans les travaux sur les femmes écrivains, qui conduisent souvent à se demander jusqu’où il est pertinent – et possible –, de réunir leurs œuvres en anthologie, ou leur étude dans un discours commun, alors qu’on s’attache par ailleurs à montrer que la littérature (ici la poésie) féminine n’existe pas. Le problème, hérité d’une histoire littéraire qui a construit la catégorie du féminin comme incontournable à travers des siècles, n’a certes aucune solution simple. Mais on peut regretter qu’après en avoir fait état avec une belle lucidité dans son premier chapitre, le livre de Patricia Izquierdo semble ensuite revenir en deça et tente de s’accommoder d’une unité du féminin à laquelle il ne cesse de montrer qu’il est impossible de croire, en s’installant dans une contradiction qui frise parfois l’aporie.

11Il n’en constitue pas moins sur la période un apport foisonnant, riche de citations et d’anecdotes, nourri de nombreuses investigations et d’une longue fréquentation de ces femmes poètes dont l’auteure s’emploie à faire saisir la position sans les enfermer dans les jugements de valeur a priori qu’on leur a souvent réservés. L’étude convainc pleinement de la nécessité de reconsidérer les aspects caractéristiques de la vie culturelle de l’époque – en particulier le rôle de la presse, les liens entre littérature, politique et milieux mondains, mais aussi les relations entre Paris et Province, ou le poids du nationalisme, de la xénophobie et de l’antisémitisme – en y faisant la part des femmes et des rapports de genre.

Haut de page

Notes

1 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin », dans L’Avenir de l’intelligence, Nouvelle Librairie Nationale, 1909, p. 137-235. Cette désignation a sous sa plume valeur dépréciative et polémique.

2 Sur cette question, voir Ch. Planté, « Quel compte donc fais-tu des femmes ? - Femmes et poésie en France au xixe siècle », Romantisme, n° 85, 1994 ; « La place problématique des femmes poètes », in Martine Reid (dir.), Les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, actes du colloque BnF de mars 2009, Paris, Champion, 2011, p. 55-72.

3 Natalie Barney, Marguerite Burnat-Provins, Gérard d’Houville (pseud. de Marie de Régnier), Marie Dauguet, Lucie Delarue-Mardrus, Jean Dominique, Judith Gautier, Marie Krysinska, Amélie Murat, Anna de Noailles, Cécile Perin, Hélène Picard, Renée Vivien.

4 La thèse de Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’Égalité en marche. Histoire du mouvement féministe en France, 1868-1914, soutenue en 1987 et publiée en 1989 ; l’analyse de Sylvie Ducas, « Le prix Femina : la consécration littéraire au féminin », Recherches féministes, vol. 16, n° 1, Université de Laval, 2003, p. 43-95), qui traite avec beaucoup de précision et de finesse les questions abordées par Patricia Izquierdo, de même que l’étude de Leonard R. Berlanstein, « Setting Modern Femininity : Femina, a Forgotten Feminist Publishing Success in Belle Époque France », French Historical Studies, 30/4, 2007, p. 641.

5 Domna C. Stanton, The Defiant Muse. French Feminist Poems from the Middle-Ages to the Present. A Bilingual Anthology, The Feminist press at the City University of New-York, 1985; Ch. Planté (dir.), Femmes poètes du xixe siècle. Une anthologie, Limoges, PUL, 2011 (1re éd. 1998) ; Masculin/Féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, Limoges, PUL, 2002 ; Aimée Boutin & Adrianna M. Paliyenko, « Nineteenth-Century French Women Poets : An exceptional legacy », Women in French Studies, 10, 2002, p. 77-109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Planté, « Patricia Izquierdo, Devenir poétesse à la belle époque (1900-1914) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 36 | 2012, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://clio.revues.org/10906

Haut de page

Auteur

Christine Planté

Université de Lyon 2, Umr Lire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page