Navigation – Plan du site
Clio a lu

Jean-Pierre Bardet, Elisabeth Arnoul & François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications

Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux (coll. Histoire « Mémoires vives »), 2010, 657 pages
Nicole Lemaitre
p. 269-271
Référence(s) :

Jean-Pierre Bardet, Elisabeth Arnoul & François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux (coll. Histoire « Mémoires vives »), 2010, 657 pages.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 mai 2014.

1Ce volume fait le point sur plusieurs années de recherches méthodologiques et archivistiques et complète les publications récentes des membres du GDR sur le sujet, dont les dernières : Entre mémoire et histoire. Écriture ordinaire et émergence de l’individu, éd. S. Mouysset et N. Lemaitre, Paris, CTHS ; Car c’est moy que je peins. Écritures de soi, individu et liens sociaux (Europe, xve-xxe siècle), dir. S. Mouysset, Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, Toulouse, Framespa, coll. « Méridiennes ». Quarante-trois spécialistes mettent ici en commun leur savoir sur une source, l’écrit privé, qui est particulièrement rétive à l’interprétation en raison de sa variabilité intrinsèque. Ils appartiennent aux mondes variés de l’histoire et des archives mais aussi de la littérature. Rien de plus glissant en effet que ces documents personnels ; car ils sont organisés par une subjectivité qui, de plus, s’affirme dans des sens différents à mesure que progresse l’écriture. Ils nous révèlent un pan de l’histoire personnelle d’un être qui est généralement caché à ses proches ; c’est un document non administratif, non conventionnel, parfois sauvage pour tout dire. En même temps l’écrit privé sert à l’occasion de mémoire identitaire voire de preuve juridique et construit donc des conformismes sociaux sur le temps long. Le support institutionnel de cette rencontre est une équipe CNRS née en 2003 qui rassemble depuis lors à peu près tous les spécialistes français qui travaillent sur ces étranges documents.

2Ici, la rencontre de 2006 s’est transformée en évidence européenne avec l’intervention, non seulement des Italiens, pionniers en matière d’analyse des Libri de famiglia, mais aussi des Anglais, Espagnols Allemands, Polonais et Russes. Une première partie montre comment les écrits personnels sont « un thème de recherches européen » (A. Castillo Gómez, R. Mordenti, A. Baggerman, C. Ulbrich, S. Roszak, Y. Zaretsky). Une seconde va comprendre comment on peut Écrire le secret des familles (J. Tricard, S. Mouysset, M. Wrede, James S. Amelang, V. Sierra Blas, L. Martínez Martín). Une troisième parcourt les Solitudes et solidarités (E. Arnoul, M. Trévis, D. Taurisson-Mouret, S. Beauvalet, E. Berthiaud). Une quatrième explore Au plus près du secret des corps (P. Lejeune, P. Rieder, P. Testud, M. Himmesoëte). Une cinquième analyse les Ordres et désordres de soi dans les écrits du for privé (I. Luciani, A. Béroujon, V. Piétri, A. Iuso). Une sixième observe La religion dans les livres de raison (S. Gomis, C.H. Winn, P. Martin, F. Meyer, R. Beck). Une septième cerne L’événement dans les écrits du for privé (V. Garrigues, M. Cassan,
F.-J. Ruggiu, L. Pimenova, G. Pichard, H. Billard). Enfin trois auteurs mettent au point ce qui structure toutes les tentatives d’édition de ces écrits : L’ecdotique au service de l’historien (C. Nougaret), La nécessaire contextualisation (F. Martineau) et Les exigences de l’édition électronique (C. Dauphin et D. Poublan).

3Les confrontations entre chercheurs européens révèlent une grande proximité des quêtes et une étonnante convergence des résultats, avec des décalages significatifs dans les chronologies, mais manifestent des processus d’évolution des documents modélisables dès maintenant. Les écrits personnels émergent partout de pratiques d’écriture profession-nelles. On passe des comptes ou des livres de raison et de famille à des journaux ou à des autobiographies, selon des processus qui relèvent des contraintes confessionnelles, familiales ou sociales. L’étude du développement de la conscience de soi, un thème marqueur de la modernité, peut alors se déployer dans ce changement d’objectif, mais aussi celles du genre, du rapport au corps malade, à la culpabilité, à la folie… On voit peu à peu monter cette conscience personnelle, unique par essence, au sein même des écrits, en même temps que l’émergence d’écritures de plus en plus féminines. L’écrit de soi et l’expression féminine entretiennent dès lors des rapports étroits.

4Tous les chercheurs soulignent les conditions de l’accès à l’intimité véritable, qui suppose une archéologie stricte de l’écriture, avec ses ratures et ses repentirs. À l’évidence les « barbouillages » et l’écriture de l’intimité sont complexes à interpréter et imposent aux chercheurs une étude fine des pratiques d’écriture du ou des scripteurs. Or nous avons là, à travers cette tension entre écriture de soi et écriture pour le groupe familial ou pour les autres, un universel qu’on trouve également dans les Amériques et le monde arabe, mais aussi en Chine ou au Japon.

5C’est dire les perspectives vertigineuses de comparaison qui s’ouvrent à la recherche. Cet ouvrage témoigne de deux manières d’aborder le problème : soit en descendant dans l’analyse fine d’un texte, souvent long et répétitif, qui ouvre à la complexité des êtres écrivant, soit en mettant en série des phénomènes contenus dans chaque genre littéraire. Bien entendu les deux attitudes se complètent. Comme ces documents de l’intime sont encore en cours de repérage, l’équipe « Écrits du for privé » a de longues années de labeur devant elle, mais elle sait où elle va, fondée sur la pluralité des générations et des cultures, ce qui lui donne une inventivité et une efficacité prometteuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Lemaitre, « Jean-Pierre Bardet, Elisabeth Arnoul & François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 269-271.

Référence électronique

Nicole Lemaitre, « Jean-Pierre Bardet, Elisabeth Arnoul & François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://clio.revues.org/10623

Haut de page

Auteur

Nicole Lemaitre

Université Paris I (Panthéon-Sorbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page