Navigation – Plan du site
Varia

Une justice au féminin

Femmes victimes et coupables dans les Pays-Bas bourguignons au xve siècle
Gendered Justice: Guilty Women and Victims in the Burgundian Low Countries
Marie-Amélie Bourguignon et Bernard Dauven
p. 215-238

Résumés

Les sources de la pratique judiciaire du xve siècle dans les Pays-Bas bourguignons font apparaître, classiquement, le faible nombre des femmes présentes en justice. Elles y sont pourtant bien présentes et capables. On note l’aspect ordinaire des crimes et délits pour lesquels elles sont condamnées. Loin d’être marginales, les coupables sont assez « ordinaires » d’un point de vue « social ». Pour autant on voit les stéréotypes à propos des femmes agir sur la conception que s’en font les juges. Au final, au xve siècle, on ne rencontre pas de figure archétypale d’une femme criminelle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Faible présence des femmes en justice : un constat commun
Coupables et victimes dans le bailliage de Nivelles
et la ville de Mons (1449-1459)
Les crimes des femmes
Le bailliage de Nivelles
Les femmes coupables à Mons
Victimes brabançonnes
Les châtiments des femmes
L’identification des femmes en justice

Aperçu du texte

Dans son ouvrage La femme criminelle et la prostitution, le criminologue Lombroso livrait en 1895 sa conception de la criminalité féminine. La prostitution, ainsi que l’adultère dans les classes bourgeoises, serait l’équivalent féminin de la criminalité. La faible proportion des femmes parmi les criminels poursuivis en justice révélait à ses yeux l’anormalité des criminelles, dont les actes étaient conçus a priori comme liés à leur sexualité.

Si peu des conceptions de Lombroso sont encore partagées aujourd’hui, la faible représentation des femmes en justice et la spécificité de leur criminalité demeurent des sujets d’interrogation : les criminelles restent conçues comme exceptionnelles, en tant que femmes et en tant que criminelles. L’analyse de sources émanant de la pratique judiciaire, conservées pour les anciens Pays-Bas en ce qui concerne le xve siècle – le Brabant méridional et le Hainaut, plus particulièrement la ville de Mons – apporte de nouvelles informations sur les femmes ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Amélie Bourguignon et Bernard Dauven, « Une justice au féminin », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 215-238.

Référence électronique

Marie-Amélie Bourguignon et Bernard Dauven, « Une justice au féminin », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://clio.revues.org/10600 ; DOI : 10.4000/clio.10600

Haut de page

Auteurs

Marie-Amélie Bourguignon

Marie-Amélie Bourguignon est licenciée en histoire médiévale et maître en Sciences Politiques de l’Université catholique de Louvain. Sous la direction de Xavier Rousseaux et Jean-Marie Cauchies, elle prépare une thèse de doctorat sur la justice criminelle dans les villes de Mons et de Valenciennes de 1350 à 1550. Elle a notamment rédigé « Bans de police et comptes urbains à Mons : regards croisés sur l’ordre public et la moralité », dans A. Wijffels et X. Rousseaux (dir.), Histoire du droit et de la justice : une nouvelle génération de recherches, et « Le traitement de la violence des femmes dans les villes médiévales (xive-xvie siècle) », dans C. Cardi et G. Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, La Découverte (à paraître).
marieamelie.bourguignon@gmail.com

Bernard Dauven

Bernard Dauven enseigne au Collège Saint-Michel à Bruxelles et poursuit la rédaction d’une thèse de doctorat sur la rémission en Brabant aux xve et xvie siècles sous la direction de Claude Gauvard et Xavier Rousseaux. Il a publié « Les vagabondes : des inconnues aux xve et xvie siècles ? », Genèses. Histoire et sciences sociales, t. 64, 2006, et « Le pardon laïc aux femmes criminelles dans les lettres de rémission du Brabant aux xvie et xviie siècles », in Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel et Myriam Tsikounas (dir.), Figures de femmes criminelles de l’antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.
dauven_bernard@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page