Navigation – Plan du site
Varia

Hypatie d’Alexandrie

Hypatia of Alexandria
Henriette Harich-Schwarzbauer
p. 201-214

Résumés

L’article donne une vue d’ensemble sur la réception antique et moderne de la figure alexandrine de la philosophe païenne Hypatie, dont le martyre en 415 de notre ère symbolise l’obscurantisme religieux des premiers chrétiens. L’article étudie les mécanismes de la transmission antique des savoirs, laquelle fonde la longue tradition de l’histoire européenne des idées. Surtout, il interroge la valeur de la tradition produite autour des textes évoquant Hypatie : par exemple, les lettres que Synésios de Cyrène aurait adressées à celle qu’il désigne comme sa Maîtresse. Celles-ci, loin de révéler la réalité historique d’un amour très platonicien entre un savant et une femme à l’intelligence perçue comme quasi-divine, semblent plutôt mettre en scène un couple philosophique fictif, qui, à l’instar de Diotime et Socrate, valorise finalement l’élu, seul entre les disciples capable de saisir l’essence de la parole philosophique. Après cette déconstruction du personnage de la philosophe néo-platonicienne, l’article interroge la production de l’Hypatie historique. Il analyse en particulier les débats autour de la paternité ou la co-paternité des œuvres d’Hypatie traitant de l’astronomie et des mathématiques avant de conclure sur l’importance de l’oralité dans la tradition philosophique antique, des Pythagoriciens aux cercles alexandrins de la fin du iiie siècle et du début du ive siècle de notre ère.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction Simone Rist, avec la collaboration de Violaine Sebillotte Cuchet

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Hypatie d’Alexandrie mourut pendant le carême en 415 de notre ère. Quelques témoignages expliquent qu’elle fut attaquée dans la rue par un groupe de moines, trainée sur une place publique et tuée. Son corps fut coupé en morceaux, et selon certaines sources, il fut brûlé et ses cendres répandues à travers la ville. Son souvenir devait ainsi être radicalement effacé. Les détails de ce meurtre ne trouvent cependant pas une confirmation historique unanime. Hésychios parle simplement de violenceet un fragment incertain de l’Histoire de la philosophie de Damaskios rapporte qu’on lui aurait crevé les yeux.

Hypatie a survécu à la damnatio memoriae. Elle est une des figures de l’Antiquité dont le souvenir est resté vivace à travers toutes les époques de la culture occidentale. Elle n’a pas seulement éveillé l’intérêt des savants et des érudits puisqu’elle a inspiré plus d’une œuvre littéraire.

La bibliothèque d’Alexandrie et le Serapéon, ou maison de secours, qui en faisait partie, avaient ét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henriette Harich-Schwarzbauer, « Hypatie d’Alexandrie », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 201-214.

Référence électronique

Henriette Harich-Schwarzbauer, « Hypatie d’Alexandrie », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://clio.revues.org/10575 ; DOI : 10.4000/clio.10575

Haut de page

Auteur

Henriette Harich-Schwarzbauer

Henriette Harich-Schwarzbauer : Henriette Harich-Schwarzbauer a étudié la philologie classique, les langues et la littérature romanes à l’université de Graz et à l’Université Paris IV- Sorbonne. Depuis 2002, elle est professeure d’études latines à l’université de Bâle. Ses recherches portent entre autres sur les femmes philosophes de la période antique, la philosophie romaine, la poésie de l’Antiquité tardive, l’historiographie et la réception de l’Antiquité. Elle a récemment publié Hypatia. Die spätantiken Quellen. Eingeleitet, kommentiert und interpretiert, Bern-Vienne, Peter Lang-Sapheneia, 2011 et a dirigé avec Thomas Späth un volume collectif, Gender Studies in den Altertumswissenschaften : Räume und Geschlechter in der Antike, Trier, Wissenschaftlicher Verlag (Coll. « iphis », vol. 3), 2005.
henriette.harich@unibas.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page