Navigation – Plan du site
Document

Charlotte, Angletine, Catherine…

Le journal comme instrument de socialisation à l’ère des salons
Charlotte, Angletine, Catherine…: The diary as a socialization tool in the era of salons
Danièle Tosato-Rigo
p. 191-200

Résumés

Commentant des extraits du journal tenu dès l’enfance par la lausannoise Angletine Charrière de Sévery, cette contribution éclaire l’écrit personnel féminin sous un autre angle que celui de l’« intime » : celui de l’apprentissage de l’être en société, fondamental en milieu nobiliaire au siècle des Lumières. Il se traduit par le report quotidien sur le papier des visites effectuées et reçues par sa famille, comptabilité à laquelle n’échappent pas même les jours auxquels il ne se passe rien. Après avoir situé cette pratique scripturaire dans une tradition familiale féminine, la contribution en analyse l’évolution : de la simple description à la critique, en passant par l’appropriation des premiers instruments du jugement, Angletine prend de plus en plus de place dans son journal, jusqu’à ce que sa mère s’en efface.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Angletine Charrière de Sévery a onze ans lorsqu’elle rédige ces lignes. Dès la cinquième entrée, un canevas est adopté qui ne variera guère au cours des quarante ans de son activité de diariste : une mention accompagne chaque jour de la semaine, marqué d’une date. Ces notes concernent essentiellement les allées et venues de la maisonnée ainsi que les visites reçues. Y figurent même les jours dépourvus de faits notables : « Lundi 24 [décembre] Il n’est rien arrivé ». La santé d’un entourage à géométrie variable y occupe, sitôt menacée, une place importante. Régulièrement mentionnée, la pratique de la purge fait office de talisman. Dans la multitude de noms cités – notables locaux ou hôtes étrangers qui se pressent dans une ville de Lausanne très cosmopolite – seul le passage incognito du fils de Catherine II et de son épouse arrachent à la jeune fille un peu plus de détails :

Le 4 septembre, le Comte du Nord fils de l’Empereur [sic] de Russie qui voyage est arrivé à Lausanne à 9 heure...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Tosato-Rigo, « Charlotte, Angletine, Catherine… », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 191-200.

Référence électronique

Danièle Tosato-Rigo, « Charlotte, Angletine, Catherine… », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/10568 ; DOI : 10.4000/clio.10568

Haut de page

Auteur

Danièle Tosato-Rigo

Danièle Tosato-Rigo est professeure d’histoire moderne à l’université de Lausanne. Ses recherches actuelles portent sur l’écriture du for privé dans l’espace helvétique, l’histoire de l’éducation et la période révolutionnaire. Elle co-dirige avec A. Andreev (Université Lomonossov, Moscou) un projet de recherche sur les échanges éducatifs entre la Suisse et la Russie et pilote un projet d’inventaire des écrits personnels de Suisse romande (xvie-début xixe siècles) soutenu par le Fonds national suisse. Elle a récemment publié La chronique de Jodocus Jost, miroir du monde d’un paysan bernois au xviie siècle (2009) et coédité un numéro de la Revue suisse d’histoire de l’art et d’archéologie (2010) consacré à l’écriture du for privé au xviiie siècle en Suisse romande. daniele.tosato-rigo@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page