Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Le journal quotidien à Émilie Serpin

(1863-1881)
Émilie Serpin’s Daily Diary (1863-1881)
Philippe Lejeune
p. 147-163

Résumés

Trouvés dans une brocante, les quinze cahiers du journal d’Emilie Serpin (1837-1914) sont un formidable document sur la trajectoire sociale d’une fille d’instituteur qui fut, de 1861 à 1871, institutrice privée dans deux familles nobles de l’Anjou, avant de devenir elle-même, par un mariage tardif et inespéré, mère de famille. Tenu de manière régulière de 1864 à 1871, ce journal a deux faces : journal de piété d’une jeune femme qui, après avoir perdu son fiancé, se réfugie dans une pratique religieuse intense, mais aussi chronique sociale de la vie des familles nobles que sa position lui permet d’observer de l’intérieur de manière très critique. Riche « source » pour l’histoire sociale et l’histoire des mentalités, le journal d’Émilie Serpin est d’abord, à ses propres yeux, une sorte d’œuvre à laquelle sa passion de l’écriture lui fait accorder autant d’importance qu’à ses pratiques pieuses : c’est à cet « atelier d’écriture » que sera consacrée cette présentation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Une trajectoire de vie
Une religion de l’écriture
Première page du Journal quotidien

Aperçu du texte

En 2006, j’ai été mis en rapport par un ami attentionné avec un érudit de Tours qui cherchait à se défaire d’un lot de cahiers, achetés des années auparavant dans une brocante, sur un trottoir. Nous avons conclu marché. À l’un de ses passages à Paris, il m’a transmis les seize cahiers manuscrits. L’encre pâlie annonçait sur les couvertures : Journal quotidien à Émilie Serpin, et, en haut à gauche, « J.M.J. ». Oui, la Divine Providence, avec l’aide de Jésus, Marie, Joseph, avait conduit à bon port les cahiers d’Émilie ! J’allais les déposer à l’Association pour l’Autobiographie : ils seraient sauvés. Mais d’abord, j’allais les lire. Et un nouveau miracle s’est produit : moi, agnostique, anticlérical sur les bords, je me suis converti – du moins à Émilie. Mais peut-être était-ce parce qu’Émilie elle-même avait la religion du journal ? « J.M.J. » ne pourrait-il aussi bien se lire : « Journal Mon Journal » ? Si j’ai passé de longues journées, sans me lasser, la loupe à la main (tant l’e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lejeune, « Le journal quotidien à Émilie Serpin », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 147-163.

Référence électronique

Philippe Lejeune, « Le journal quotidien à Émilie Serpin », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/10547 ; DOI : 10.4000/clio.10547

Haut de page

Auteur

Philippe Lejeune

Philippe Lejeune a enseigné la littérature française à l’Université Paris-Nord jusqu’en 2004. Ses travaux portent sur l’autobiographie (Le Pacte autobiographique, 1975, Les brouillons de soi, 1998, Signes de vie, 2005) et sur le journal personnel (Le Moi des demoiselles, 1993, Un journal à soi, 2003). Son travail en cours sur les origines du journal personnel au xviiie siècle est en ligne sur son site www.autopacte.org.
philippe.lejeune@autopacte.org

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page