Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Épistolières florentines des xive-xve siècles

Women Letter Writers in Florence (xivth-xvth centuries)
Christiane Klapisch-Zuber
p. 129-147

Résumés

Les Florentines de la fin du Moyen Âge ont laissé peu de traces de leur écriture. Il existe néanmoins quelques recueils de lettres depuis la fin du xive siècle, concernant des femmes de marchands ou de notables. Adressées à des membres de la famille, ces lettres portent surtout sur des questions la concernant. Mais elles permettent aussi de s’interroger sur la réalité de l’expérience graphique des femmes, sur leur maîtrise du langage écrit et sur leur habileté à exprimer leurs réactions personnelles, comme le montre la vingtaine de lettres de Dora Del Bene datant de la fin du xive siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

épistolière, graphie

Géographique :

Florence

Chronologique :

fin du Moyen Âge
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Faisant écho aux femmes du haut Moyen Âge – Dhuoda au ixe siècle, Roswitha au xe, Hildegarde de Bingen au xiie –, qui toutes protestent de leur fragilité et de leur inaptitude à l’écriture, leurs congénères de la Renaissance, en Italie, peinent à surmonter leur timidité et leur maladresse à l’écritoire. Cette inhabileté qu’elles allèguent alors même qu’elles écrivent demande quelque rapide contextualisation. Comme l’a excellemment montré l’étude de Duccio Balestracci sur les niveaux d’écriture dans les campagnes siennoises du xve siècle, l’Italie communale, à la fin du Moyen Âge, voit coexister un large usage du document écrit dans la sphère privée et un taux relativement élevé d’analphabétisme. Pour remédier à cette situation contradictoire, le recours à la délégation d’écriture est normal. La délégation est une solution qui touche tous les étages de la société : elle est pratiquée dans le contado siennois où le paysan possédant un cahier sollicite l’intervention de ses relations p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Klapisch-Zuber, « Épistolières florentines des xive-xve siècles », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 129-147.

Référence électronique

Christiane Klapisch-Zuber, « Épistolières florentines des xive-xve siècles », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://clio.revues.org/10540 ; DOI : 10.4000/clio.10540

Haut de page

Auteur

Christiane Klapisch-Zuber

Christiane Klapisch-Zuber est directrice d’études honoraire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales où elle a enseigné l’histoire sociale, l’histoire de la famille et l’anthropologie historique de l’Italie médiévale. Elle a publié : Les maîtres du marbre. Carrare 1300-1600 (1969) ; (avec David Herlihy) Les Toscans et leurs familles : le catasto de 1427 (1978) ; La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance (1990) ; L’Ombre des ancêtres (2000) ; Retour à la cité. Les magnats de Florence 1340-1440 (2006). Elle a édité le t. II : Moyen Âge, de l’Histoire des femmes en Occident, dirigée par Georges Duby et Michèle Perrot (1990) ; et coédité l’Histoire de la famille (1986).
klapisch@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page