Navigation – Plan du site
Écrire au quotidien

« Ma vie est un ouvrage à l’aiguille »

Écrire, coudre et broder au xixe siècle
« My Life is a Needlework ». Writing, Sewing and Embroidering in the xixth century
Anna Iuso
p. 89-106

Résumés

La couture et la broderie sont deux activités qui ont marqué, pendant des siècles, la présence féminine à l’intérieur de la famille. Parfois geste technique et nécessaire, parfois moment de formation et/ou d’évasion, la broderie a d’ailleurs constitué l’un des savoir-faire nécessaires pour la jeune fille bourgeoise vouée au mariage, nécessitant, pour l’affirmation de sa présence sociale, un trousseau. Par ailleurs, pendant ces derniers siècles, les femmes se sont emparées de l’écriture pour en faire à la fois un moment de réflexion, de gestion, de mémoire de soi et de la famille : en quoi ces pratiques se ressemblent-elles ? En quoi la solitude, le repli sur soi, le silence, la lenteur, la précision du geste, le marquage (du papier, du tissu) deviennent, tout le long du xixe siècle, les éléments communs de savoir-faire qui contribuent de façon analogue à forger, dans l’espace et dans le temps, l’identité individuelle féminine et son insertion sociale ? En quoi l’écriture de soi a accompagné, puis remplacé, le travail de l’aiguille ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

broder, coudre, jeunes filles

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Amélie Weiler, entre autres
Distinctions
Les disciplines du fil
Une écriture à soi
Les symboles du moi

Aperçu du texte

Ô étoffes transparentes et flottantes !
ô rubans ! ô volants ! où courez-vous
avec notre raison et, souvent,
avec nos chagrins ?

Amélie Weiler, 16 juillet 1848

Amélie Weiler, entre autres

Amélie Weiler est née le 29 avril 1822 à Strasbourg. Quoique fils de boucher, son père était avocat, inscrit au barreau de Strasbourg depuis 1819 et membre de la bourgeoisie protestante de la ville. Sa fille voulait devenir femme de lettres, mais la famille n’a pas vraiment pris au sérieux cette vocation. Elle commence à tenir son journal le 2 février 1840, à dix-sept ans. Sa mère l’encourage, car celui-ci contribue, comme l’écrit son récent éditeur, Nicolas Stoskopf, dans sa présentation, à « combler cette période de vacuité de la vie des jeunes filles qui s’écoule entre la fin de leurs études et le jour de leur mariage ».

Amélie ne se mariera pas, et tiendra son journal bien longtemps : nous la voyons rêver d’amour et de mariage, puis songer à devenir gouvernante auprès d’une riche famille et abandonn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Iuso, « « Ma vie est un ouvrage à l’aiguille » », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 89-106.

Référence électronique

Anna Iuso, « « Ma vie est un ouvrage à l’aiguille » », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 25 avril 2014. URL : http://clio.revues.org/10515 ; DOI : 10.4000/clio.10515

Haut de page

Auteur

Anna Iuso

Anna Iuso est professeur d’anthropologie culturelle à l’université de Rome « La Sapienza » et membre du Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’Institution de la Culture (LAHIC-IIAC), Paris. Elle dirige la revue Primapersona de l’Archivio Diaristico Nazionale (Pieve Santo Stefano, Toscane). Elle consacre ses recherches aux formes de l’autobiographie, aux pratiques de la mémoire et à l’émergence de nouveaux objets du patrimoine. Parmi ses publications les plus récentes : La face cachée de l’autobiographie (dir.), Carcassonne, Garae Hésiode, 2011 ; Déclinare il patromonio, Rome, Aracne, 2011.
annaiuso@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page