Navigation – Plan du site
Écrire au quotidien

Correspondances féminines au xixe siècle.
De l’écrit ordinaire au réseau

Female Correspondences in the 19th century: From Ordinary Writing to Networks
Marie-Claire Hoock-Demarle
p. 67-88

Résumés

Partant du constat que l’épistolaire est depuis toujours un écrit ordinaire « permis » aux femmes, on s’interroge sur les raisons qui font que, au cours xixe siècle et en particulier dans sa première moitié, ce genre d’écrit voué à rester dans le cercle restreint de l’intimité et de la sphère domestique, s’élargit en réseau, permettant aux femmes de redéfinir leur espace de vie et d’expression. Par quelles ruses, ces épistolières, essentiellement allemandes, vont-elles réussir à se créer à l’échelle européenne l’espace à soi qui leur avait été si longtemps refusé ? Et comment vont-elles, dans quelques cas rares mais emblématiques, devenir par la voie et la grâce d’un écrit ordinaire féminin dûment revisité des individues actrices à part entière de la vie publique ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

De la correspondance comme « écrit féminin ordinaire »
De quelques correspondances ordinaires de femmes peu ordinaires
Le parcours peu ordinaire d’un écrit ordinaire féminin

Aperçu du texte

Écrits ordinaires, d’emblée l’expression dérange, saisie d’abord comme un jugement définitif autant que dépréciatif sur une forme d’écrit lui-même perçu comme mineur ; elle dérange plus encore si on lui adjoint le qualificatif « féminin ». Pourtant, à l’observer de près, cette curieuse association met au jour tout un pan plutôt méconnu de l’histoire des femmes et confère à l’activité d’écriture qui leur est la plus familière, l’épistolaire, un rôle de premier plan. Il arrive que cette écriture accordée de tous temps aux femmes dans la mesure où elle se laissait aisément confiner à l’espace privé et à la vie quotidienne des corps et des cœurs, se mue sous la plume des épistolières en instrument d’une ouverture au monde, d’une entrée, si limitée soit-elle, dans la sphère publique, voire d’une éphémère participation à l’expression du politique. C’est un de ces moments-charnières qui retiendra ici notre attention, celui où, à la suite de la Révolution française, entre élargissement de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claire Hoock-Demarle, « Correspondances féminines au xixe siècle.
De l’écrit ordinaire au réseau
 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 67-88.

Référence électronique

Marie-Claire Hoock-Demarle, « Correspondances féminines au xixe siècle.
De l’écrit ordinaire au réseau
 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://clio.revues.org/10507 ; DOI : 10.4000/clio.10507

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Hoock-Demarle

Marie-Claire Hoock-Demarle est professeur émérite en Études germaniques à l’Université Paris7-Denis Diderot. Ses recherches portent sur l’histoire des femmes et des sociabilités féminines en Europe, les réseaux de correspondance et les écrits mémoriels. Elle a récemment publié Transmettre les passés en collaboration avec Claude Liauzu (2001) ; La galaxie Diderot (2005) ; Regards croisés sur l’Europe (2006) ; L’Europe des lettres. Réseaux épistolaires et construction de l’espace européen (2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page