Navigation – Plan du site
Écrire au quotidien

Des plumes singulières

Les écritures féminines du corps souffrant au xviiie siècle
Singular Writings: The Suffering Bodies of Women Letter Writers in the 18th century
Nahema Hanafi
p. 45-66

Résumés

Les études sur le corps du siècle des Lumières se sont longtemps appuyées sur les traités de médecine, reprenant ainsi les représentations médicales plutôt que celles des malades. Les écrits ordinaires, parmi lesquels on peut compter les consultations épistolaires, permettent toutefois d’appréhender les perceptions corporelles des femmes du xviiie siècle. Ces lettres, envoyées par les malades à leur médecin, forment de véritables biographies médicales et constituent des sources d’une grande richesse pour explorer les écritures féminines du corps. On peut ainsi mettre en évidence des manières spécifiques d’écrire le corps au féminin tout en soulignant les points communs avec les écritures masculines.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Les consultations épistolaires : un support d’écriture du corps au féminin
Une corporéité mondaine : vers un silence du genre ?
L’empreinte du genre : le corps au féminin

Aperçu du texte

Pour écrire et signifier le corps souffrant au siècle des Lumières, les femmes disposent des correspondances privées, des livres de raison ou des journaux intimes dont elles s’emparent progressivement. Elles ont aussi, au même titre que les hommes, la possibilité de rédiger des consultations épistolaires. Ces documents ne sont pas des correspondances comme les autres ; ce sont des lettres envoyées à un médecin à l’initiative du malade, dans l’attente d’un diagnostic et d’un traitement. Si cette pratique remonte à l’Antiquité, c’est au cours du xviie et plus largement du xviiie siècle que les consultations épistolaires se développent en Europe, grâce à l’alphabétisation croissante ainsi qu’aux innovations en matière de transports et de poste. Les femmes ne restent pas en marge et recourent fréquemment à ces écrits qui répondent singulièrement aux nouveaux canons épistolaires de l’intimité et de l’expression de soi, et méritent pleinement d’être considérés comme des écrits ordinaires....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nahema Hanafi, « Des plumes singulières », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, 35 | 2012, 45-66.

Référence électronique

Nahema Hanafi, « Des plumes singulières », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/10491 ; DOI : 10.4000/clio.10491

Haut de page

Auteur

Nahema Hanafi

Nahema Hanafi est doctorante en histoire moderne et ATER à l’université de Toulouse-Le Mirail. Membre du laboratoire Framespa (UMR CNRS-UTM 5136), elle a notamment créé le site Corps et Médecine. Recherches en sciences humaines et sociales (http://blogs.univ-tlse2.fr/corpsetmedecine/). Ses recherches portent sur les savoirs et les pratiques médicales féminines au siècle des Lumières. nahema.hanafi@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page