Navigation – Plan du site
Clio a lu

Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World

Cambridge (Mass.) & Londres, Harvard University Press, 2004, 306 pages
Samir Boumediene
p. 285-286
Référence(s) :

Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World, Cambridge (Mass.) & Londres, Harvard University Press, 2004, 306 pages

Texte intégral

1Publié en 2004, l’ouvrage de l’historienne américaine Londa Schiebinger opère un rapprochement suggestif entre l’histoire des sciences, l’histoire du genre et l’histoire coloniale. À travers l’étude de la « bioprospection » dans l’espace caraïbe des xviie et xviiie siècles (Jamestown, Virginie, Bahia, Brésil, Jamaïque, Guyane, Surinam, Saint-Domingue) l’auteure aborde les facteurs culturels qui interviennent dans la transmission des savoirs naturalistes et pharmaceutiques entre indigènes et allogènes.

  • 1 Rappelons que Maria Merian est l’une des trois héroïnes du livre de Natalie Z. Davis, Juive, cathol (...)

2L’intérêt principal de l’ouvrage est sans doute de souligner, dès le premier chapitre, que des femmes ont participé à la prospection de la nature tropicale. Aux côtés de Sir Hans Sloane, Charles-Marie de La Condamine ou Philibert Commerson, le cas de la naturaliste allemande Maria Sibylla Merian (1647-1717) est ainsi traité de façon précise. L’ouvrage analyse cependant plus précisément les enjeux liés à une plante, la Flos pavonis (fleur de Paon ou fleur de Paradis en français). Comme le montre, sans doute un peu rapidement, L. Schiebinger dans le second chapitre du livre, la présence coloniale aux Caraïbes s’est accompagnée de l’accaparement des plantes alimentaires et médicinales locales. Utilisée comme abortif par les femmes indigènes et les femmes esclaves venues d’Afrique, la fleur de Paradis n’a pourtant pas connu un tel destin. L’originalité du livre de L. Schiebinger est ainsi de s’intéresser à un type de phénomène que l’histoire des sciences a peu étudié : la non-transmission d’un savoir, en raison de plusieurs facteurs qui peuvent être identifiés. Ainsi, tous les naturalistes sillonnant l’espace caraïbe ne comprennent pas nécessairement l’usage abortif de la plante et significativement, c’est une femme, Maria Merian, qui le décrit le plus précisément1. Les autres naturalistes qui mentionnent la plante s’intéressent avant tout à son élégance, la fleur de Paon devenant d’ailleurs une fleur ornementale dans les jardins européens. La non-transmission, ici, ne porte donc pas sur une réalité végétale, mais sur un savoir et sur une pratique.

3Cet exemple de non-transfert pose, de façon plus générale, le problème de ce que les Européens et les Européennes peuvent connaître de la pharmacopée locale. Topos de la littérature de voyage au xviiie siècle, l’idée que les « Indiens » gardent leurs connaissances secrètes permet de comprendre la dimension proprement politique de la bioprospection : ne pas confier un remède est une façon de résister à la domination coloniale. On saisit dès lors l’ambiguïté fondamentale de la non-transmission, qui peut tout aussi bien procéder d’un refus de transmettre de la part des populations colonisées que d’un refus de savoir des populations colonisatrices. La non-transmission des usages abortifs de la fleur de Paon peut alors être apparentée à un phénomène de censure, qui n’est pas sans rappeler celui qui, dans le Mexique colonial, conduit le Saint-Office à condamner l’usage magico-religieux de certaines plantes, en particulier les champignons hallucinogènes.

4Aux xviie et xviiie siècles, la fleur de Paon fait l’objet d’un rejet dont les motifs sont, aux yeux de L. Schiebinger, moins religieux que politiques. L’usage des plantes abortives constitue une attaque directe à l’intérêt des États européens, parce qu’il remet en cause la reproduction de la force de travail dont peut disposer le pouvoir colonial ; tout comme le secret, l’avortement peut être interprété comme une forme de résistance. L’emploi de la Flos pavonis atteste ainsi la connaissance des mécanismes de la grossesse, et sa mise au service d’une lutte contre la condition des femmes en situation coloniale, qui sont mariées de force, violées ou prostituées pour satisfaire les besoins d’une société dominée socialement et numériquement par les hommes.

5Il n’est dès lors pas étonnant que les naturalistes qui voyagent aux Caraïbes ne cherchent pas à s’approprier une plante aussi subversive. Si, en Europe, certaines plantes comme la sabine sont connues pour leur effet abortif, il n’est pas dans l’intérêt de la médecine officielle d’introduire de nouveaux remèdes de ce type. En d’autres termes, c’est en s’intéressant à ce que le colonisateur ne peutou neveut pas savoir que les ressorts de la domination et de la résistance se comprennent le mieux et que, en la matière, le genre constitue un instrument d’analyse pertinent.

6Il convient, malgré tout, de remarquer que l’usage d’un abortif est frappé d’une ambiguïté similaire à celle précédemment décrite : le planteur qui a violé une esclave peut, lui aussi, être à l’origine d’un avortement. L’histoire des abortifs peut ainsi permettre d’entrer dans la complexité des relations de domination et de souligner l’intérêt, dans ce domaine, d’une approche nourrie de l’histoire des sciences. On peut néanmoins regretter, dans cet ouvrage, une tendance à transposer à la domination coloniale les concepts utilisés pour analyser la domination masculine. Il est vrai que ces deux types de domination ont pour dénominateur commun l’homme blanc européen, mais il reste à savoir si leur compréhension respective peut être menée à bien avec les mêmes outils.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que Maria Merian est l’une des trois héroïnes du livre de Natalie Z. Davis, Juive, catholique, protestante. Trois femmes en marge au xviie siècle, trad. fr. Paris, Seuil, 1997 [1995, 1re éd.]. (N. de l’Éd.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samir Boumediene, « Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33 | 2011, 33 | 2011, 285-286.

Référence électronique

Samir Boumediene, « Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://clio.revues.org/10119

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page