Navigation – Plan du site

Le mouvement féminin et l’essor de l’État-providence colonial en Syrie (1920-1946)

The woman’s movement and its development. The colonial Welfare state in Syria (1920-1946)
Elizabeth Thompson
p. 107-124

Résumés

Le mouvement féminin en Syrie s’est constitué sous le mandat français (1920-1946) comme une force politique autonome et originale. Malgré le faible nombre de femmes impliquées et son échec à obtenir le droit de vote féminin, il participa à une redéfinition du jeu et de la culture politique en Syrie. Les méthodes féminines de mobilisation collective et populaire réclamant des réformes furent pionnières. Leurs revendications sociales devinrent centrales dans l’arène politique. Jusqu’en 1946, elles contribuèrent à l’émergence d’un État-providence de type colonial en Syrie garant des droits légaux fondamentaux des travailleurs, des femmes et des familles.

Haut de page

Texte intégral

1Un jour de l’été 1920, une jeune femme syrienne en uniforme marche sur le champ de bataille à Maysalun, à quelques kilomètres à l’ouest de Damas en Syrie. Nazik Abid dirige un bataillon d’infirmières de l’armée arabe qui s’est opposée à l’armée française d’occupation, le 24 juillet. La défaite des Arabes ce jour-là marque la fin du Royaume arabe syrien fondé par le roi Fayçal après la disparition de l’Empire ottoman en octobre 1918. La défaite ne signifie pas, cependant, la fin des réformes. Nazik Abid, qui a soutenu les efforts de Fayçal pour moderniser la société arabe, entreprend de continuer la lutte en faveur de l’égalité des droits pour tous les citoyens, hommes et femmes. Dans le mandat syrien confié par la Société des Nations à la France (1920-1946), Nazik Abid et des dizaines de femmes, épouses et filles de l’élite politique, contribuent à construire un mouvement féminin au rôle politique remarquable.

2Numériquement faible, ce mouvement acquiert pourtant une grande influence sur la vie politique de la Syrie. Soumises à un État étranger dans le cadre du mandat français, les Syriennes adaptent leur stratégie : à l’époque ottomane, elles infiltraient les cercles dirigeants ; après 1920, elles exercent une pression autonome, par le biais de mouvements collectifs, sur l’État mandataire. Pendant un quart de siècle, le mouvement des femmes participe à un changement de la culture politique syrienne. Alors qu’avant 1920, la politique était aux mains d’une élite masculine, à la fin de l’occupation française en 1946, les citoyens ordinaires sont désormais concernés. Avant l’instauration du mandat français, les réformes sociales relevaient principalement de l’État, ottoman puis fayçalien. Après la Seconde Guerre mondiale, les mouvements populaires font pression sur l’État mandataire puis indépendant pour obtenir des réformes. Comment le mouvement féminin a-t-il pu jouer un tel rôle dans la vie politique syrienne ?

  • 1 L’expression État-providence colonial décrit une variante de l’État-providence tel qu’il existe au (...)

3Les femmes ont porté des revendications d’ordre social plus que purement politiques : en faisant pression sur les Français, les Syriennes ont contribué à construire, avant la fin du mandat, un État-providence de type colonial, qui ne signifiait pas cependant un régime égalitaire en matière de droits sociaux tel qu’il était revendiqué et développé alors en Europe. Il a été conçu, à contrecoeur par les Français, comme un moyen de se maintenir au pouvoir. En tant que tel, il est resté sous-financé et n’a pas réellement réduit les inégalités, il a surtout accentué le paternalisme du règne colonial et contribué à reléguer les femmes à une place de citoyennes de seconde classe1.

L’essor du mouvement féminin

4La mobilisation politique des femmes en Syrie fait partie d’une vague générale au Moyen-Orient après 1900. Dans le cadre de l’Empire ottoman, on observe alors l’essor des mouvements féminins à Constantinople comme en Iran, en Égypte, au Liban et en Palestine, en lien avec les mouvements nationalistes masculins et l’émergence d’une classe bourgeoise urbaine.

5En Syrie, trois facteurs contribuent particulièrement à la formation du mouvement féminin : l’existence d’associations caritatives féminines, l’urgence sociale liée aux conséquences de la Première Guerre mondiale, et la politique réformiste du roi Fayçal qui arrive au pouvoir en 1918. Les associations caritatives syriennes sont nées à la fin du xixe siècle, en réaction au mouvement missionnaire chrétien occidental. Les Akhawat al-Mahabba, fondées par des dames libanaises en 1847, construisent un hôpital à Damas ; dans les années 1880-1890, des associations féminines érigent des écoles de filles à Damas et dans d’autres villes syriennes. Leur but est d’améliorer la condition des pauvres et de promouvoir le progrès social dans l’esprit des réformes de l’État ottoman. En effet, pendant la Grande Guerre, la sphère d’action des associations arabes s’élargit d’autant plus qu’en 1914, les Ottomans ont renvoyé les missionnaires françaises. L’année suivante, alors que la pauvreté, la faim et les épidémies se développent et en l’absence d’écoles et de dispensaires missionnaires, les Ottomans entreprennent de subventionner des associations caritatives féminines. Leur ambition est à la fois politique et sociale. Jemal Pasha, le gouverneur de Syrie, craint une révolte contre le Sultan et ce d’autant plus qu’en 1916, en raison de la pénurie de pain, ont eu lieu des manifestations contre l’État ottoman réprimées par l’exécution des leaders arabes dits nationalistes.

  • 2 Cette génération de femmes n’a encore donné lieu à aucun travail historique d’envergure. Quelques é (...)
  • 3 Thompson 2000 : 92-95 ; Al-Jaza’iri 1975  et “Dimashq al-sham”, “Nahdat al-mar’a”, et “Jami`yat muq (...)

6Grâce à ces subventions de l’État, quelques femmes de l’élite urbaine rassemblent les enfants affamés dans les rues pour leur procurer des bains, des examens médicaux, des leçons de lecture et de travaux manuels. L’une de ces femmes est Adile Bayhum, la fondatrice, quelques années plus tard, du mouvement féminin à Damas. Pendant la guerre, Bayhum vit à Beyrouth, où elle a ouvert un atelier de tissage de vêtements et de tapis dans lequel travaillent 1800 femmes. À la fin de la guerre, Adile Bayhum, Nazik Abid et d’autres, impliquées dans l’action caritative, accueillent favorablement l’arrivée de Fayçal au pouvoir et la création de l’État national arabe2. Fille d’un ancien responsable ottoman, Nazik Abid sollicite des subventions d’État pour fonder deux associations : l’une, inspirée de la Croix Rouge, l’Étoile Rouge, et l’autre, la Lumière de Damas (Nur al-Fayha) qui encourage la diffusion de la culture arabe dans l’école de filles comme au sein du journal qu’elle a fondé. Au même moment, Mary Ajamy, une enseignante qui publie un journal féminin, crée le Club féminin chrétien grâce à des fonds de l’État fayçalien3.

7C’est sous Fayçal (1918-1920) que les associations caritatives féminines font fusionner la cause du progrès social avec l’objectif politique de construction d’un État arabe indépendant. En effet, Fayçal est le leader de la révolte arabe lancée par son père, le Sharif Husayn de la Mecque, contre les Ottomans en 1916. À la fin de l’année 1918, il réclame la création du Royaume arabe de Syrie dont les Britanniques ont promis en secret la plus grande partie aux Français par le traité Sykes-Picot. En janvier 1919, c’est afin de contester cette promesse et d’obtenir la création d’un État indépendant que Fayçal se rend à Paris. Il est alors fondamental de montrer aux gouvernants de la Conférence de la Paix que le Royaume arabe syrien est un État moderne qui promeut le progrès social. C’est pourquoi Fayçal encourage l’élection d’un Parlement – le Congrès arabe – dans la capitale du royaume, Damas. Le Congrès arabe proclame la souveraineté sur une Grande Syrie en juillet 1919 et Fayçal devient roi en mars 1920. Une constitution est rédigée entre mai et juillet 1920.

  • 4 Thompson 2000 : 117-120. Les principaux débats qui ont eu lieu le 25 avril 1920 sont publiés dans a (...)

8Avec la même volonté de démontrer la capacité des Arabes à construire un État moderne, Nazik Abid et un groupe de femmes revendiquent le droit de vote auprès du Congrès syrien. Elles fondent leur argumentation sur leur rôle pendant la guerre, suivant en cela les modèles américain et britannique. Après des délibérations, de nombreux députés se prononcent en faveur du droit au suffrage féminin. La mesure est cependant repoussée en raison des protestations populaires. Le Président du Congrès ne veut pas prendre le risque de fragiliser un État menacé par la mobilisation de l’armée française à la frontière libanaise. La crainte d’une remise en cause de la souveraineté nationale joue, à ce moment, contre les réformes politiques et plus particulièrement contre les droits des femmes4.

  • 5 Entretien avec l’auteure, Damas, 9 oct. 1992.

9Quelques semaines plus tard, en juillet 1920, l’armée française destitue le royaume, le Congrès, et les espoirs nationalistes. Fayçal s’exile à Rome et tout soutien de l’État aux groupes féminins s’évanouit. En détournant les fonds au profit des associations caritatives françaises – comme la Croix Rouge et la Goutte de Lait – l’autorité mandataire affaiblit considérablement le mouvement féminin syrien. Les Français ferment aussi l’école d’Abid ainsi que son association, l’Étoile Rouge, jugée nationaliste. Nombre de femmes nationalistes sont contraintes de rejoindre les associations françaises, non sans méfiance parce qu’elles sont dirigées par les femmes de responsables français. Comme le dit Bushra Shaykh al-Ard, membre de la Croix Rouge : « Les femmes qui travaillaient avec les Français dans les associations étaient les mêmes qui participaient aux manifestations contre les Français »5.

  • 6 Manifeste distribué à Damas le 23 août 1925 et signé par le leader de la révolte, Sultan al-Atrash. (...)
  • 7 Voir Provence 2005 : 87-140 ; Lenka 1980 : 95-105, 198-206, 256 ; Khoury 1987 : 153-157, 160-184 ; (...)

10À partir de 1925, la révolte armée contre la domination française est une nouvelle fois la source de l’activisme féminin. Mécontents de l’intervention de la France mandataire, les chefs des tribus druzes du sud de la Syrie s’unissent avec les opposants urbains. Sous la houlette des vétérans de la Première Guerre mondiale, la révolte ébranle la Syrie pendant plus de deux ans. Les révoltés mettent en cause non la république, mais le colonialisme. Ils réclament l’évacuation des troupes françaises, l’institution d’un gouvernement élu librement et l’application des « principes de la Révolution française et des Droits de l’Homme »6. Ils réaffirment ainsi les buts politiques de l’ère de Fayçal, mais ils luttent cependant aussi pour protéger leurs privilèges patriarcaux contre toute intervention de l’État. Les révoltés s’emparent de la ville de Hama en octobre 1925 et contrôlent les environs de Damas et la région au sud de la capitale pendant des mois. Les Français répliquent par le bombardement de Damas et de Hama et finissent par venir à bout de la révolte à l’été 1927, au prix de 10 000 victimes arabes et françaises7.

  • 8 Le docteur Abd al-Rahman Shahbandar, un des leaders de la révolte syrienne, fut le ministre des Aff (...)
  • 9 Thompson 2000 : 96 ; Provence 2005 : 87.

11Cette révolte conduit les femmes à s’organiser à nouveau dans un mouvement féminin – désormais indépendant de l’État. En septembre 1925, Mme Shahbandar, l’épouse d’un éminent nationaliste de Damas, organise une réunion de femmes de prisonniers ou d’exilés8. Ces dernières mettent en place des « marches de femmes », appellent les hommes à se joindre à la révolte, et forcent les marchés à fermer. Environ une trentaine de femmes se rencontrent régulièrement pour rédiger des protestations qu’elles adressent à la Société des Nations. Parmi elles, Adile Bayhum, désormais mariée et installée à Damas sous le nom d’Adile al-Jazairi. Son mari fait partie d’une famille connue d’origine algérienne. Avec d’autres, Jazairi organise des distributions de nourriture et de soins médicaux aux révoltés qui se cachent dans le « goutha », le quartier de vergers aux environs de Damas. Elle crée également des ateliers pour apprendre le travail manuel aux femmes déplacées du fait de la guerre et aux veuves qui n’ont aucun moyen de subvenir à leurs besoins. En 1927, Jazairi fonde avec Nazik Abid et d’autres, l’association l’Éveil de la femme syrienne. Celle-ci met sur pied diverses œuvres sociales, comme des leçons d’anglais et de couture pour des jeunes filles pauvres, des visites aux hôpitaux et des conférences mensuelles9.

  • 10 Les fillettes pouvaient auparavant être mariées dès leur puberté.

12À la même époque, Jazairi, Abid, et une nouvelle venue, Thuraya Hafiz, commencent à militer au sein d’un groupe explicitement politique, l’Union féminine en Syrie et au Liban. Ce mouvement rassemble des comités féminins de plusieurs villes et organise, en 1928, son premier congrès à Beyrouth. Ce rassemblement de plus de mille femmes qui représentent une quarantaine d’associations syriennes et libanaises attire l’attention de la presse. Leur programme porte sur les questions sociales, non politiques à première vue. Les déléguées demandent à l’État davantage d’écoles pour les filles, avec un enseignement de la langue et de l’histoire arabes. Elles réclament aussi que soient multipliées les inspections sanitaires des boulangeries car le pain, nourriture de base des populations, est soupçonné de véhiculer des maladies en raison du manque d’hygiène dans les boulangeries. Elles demandent également des subventions pour les malades, les personnes âgées, et les prisonniers. Le congrès réclame enfin la réforme de la loi islamique sur le statut personnel des femmes : l’élévation de l’âge au mariage à 17 ans10 ; des mesures pour décourager la polygamie ; un égal héritage pour les femmes et les hommes ; des droits supplémentaires pour les femmes qui leur permettent de demander le divorce.

13En vérité, ces revendications féminines ne sont pas seulement sociales, mais très politiques. Les femmes mettent en cause le but principal des Français en matière éducative, c’est-à-dire la propagation de l’influence française par l’enseignement de la langue et de l’histoire françaises. Elles contestent aussi l’indifférence de l’État à l’égard des questions sociales, la suppression des fonds à la suite de la crise budgétaire de 1922 en métropole, le fait que le mandat ne remplace pas les revenus perdus des impôts. Les ministères de l’Hygiène et de l’Instruction publique ne parviennent pas à satisfaire les besoins d’une population qui souffre depuis la guerre. Cette négligence est, au fond, une question politique. Imposer d’avantage de taxes, c’est inciter à la révolte. Surtout, les revendications des femmes mettent en cause la mission soi-disant progressiste du mandat lui-même. Celles qui assistent au congrès de 1928 savent qu’au même moment, la république indépendante de Turquie introduit des réformes importantes dans le statut civil des femmes turques ; mais le mandat français empêche des décisions comparables en Syrie, notamment parce que les Français comptent sur l’appui des politiciens syriens conservateurs. Les revendications féminines participent ainsi à la naissance d’une nouvelle culture politique à Damas. Rarement, par le passé, de tels groupements populaires s’étaient rassemblés pour interpeller l’État et réclamer autant de réformes.

14Ainsi, au fil des années 1920 et 1930, les femmes s’imposent comme citoyennes actives et réclament toujours plus de réformes : si elles se marient plus tard, elles pourront rester à l’école plus longtemps ; si elles héritent, elles pourront subventionner davantage d’initiatives politiques ; et si elles ne souffrent pas sous la tyrannie de leurs maris, ou si elles n’ont pas peur que leurs maris demandent le divorce, elles seront libres de poursuivre une vie active comme citoyennes. Dans cette logique, le but final du programme réformiste est d’obtenir pour les femmes les pleins droits politiques, et en particulier le droit de vote.

Formes de mobilisation et transformations de la culture politique

  • 11 Khoury 1987 : 327-374, 563-580 ; Thompson 2000 : 148-153.

15Adile al-Jazairi et le mouvement féminin échoueront à obtenir les droits politiques sous le Mandat. Les femmes ne réussiront pas non plus à susciter de réformes légales de la part d’une autorité française qui ne veut pas s’opposer à ses alliés syriens conservateurs et renforce au contraire son soutien à ces alliés après la révolte. En 1928, le Haut-Commissaire Henri Ponsot autorise l’élection d’une Assemblée constituante, mais s’oppose ensuite à l’adoption par cette assemblée d’une Constitution nationaliste accordant le pouvoir suprême à des représentants officiels locaux. Ponsot décide de promulguer en 1930 une Constitution qui confère ce pouvoir au Haut-Commissaire français et assure l’élection au Parlement de nombreux chefs de tribus et grands propriétaires, alliés des colonisateurs. En réponse, les leaders nationalistes, le plus souvent époux des femmes engagées dans le mouvement, forment le Bloc National, qui remporte une majorité des sièges au Parlement en 1936. Ils sont pour cela critiqués par les nationalistes plus radicaux, et accusés de compromission avec les Français. Le Bloc National entreprend alors de recruter des électeurs en ville, par des démarches auprès des groupes islamistes. Cette alliance empêche l’institution du mariage civil et la réforme du statut personnel en 1938. Cette conjonction d’intérêts entre le mouvement nationaliste et les islamistes a contribué à affaiblir et marginaliser le mouvement des femmes11.

16Ce mouvement a eu cependant une influence notable sur la culture politique à Damas. L’expression ne fait pas ici référence aux valeurs islamiques ou arabes mais à un processus historique au cours duquel certaines règles et normes politiques furent établies. Il s’agit bien d’un changement dans les règles du jeu politique, dans les méthodes de contestation et dans les frontières qui définissent la sphère politique : qui peut participer à la vie politique ? Quels sujets peuvent être abordés ? etc. Dans l’entre-deux-guerres, les femmes réussissent à franchir les limites qui leur étaient auparavant imposées, elles introduisent des méthodes nouvelles en matière de contestation et, surtout, participent à introduire les questions sociales dans les débats politiques.

17Nombre des dirigeantes du mouvement féminin sont enseignantes et utilisent leur profession comme une ressource pour la mobilisation. Thuraya Hafez, par exemple, est la fille d’un nationaliste tué par Jemal Pasha en 1916. En 1930, comme enseignante, elle fonde l’Association des Anciennes Étudiantes de l’École Normale, la seule à Damas qui ait attiré les femmes de la classe moyenne. L’association a pour but de procurer une éducation aux filles pauvres et orphelines. Elle participe aussi régulièrement aux manifestations nationalistes et aux protestations pour une amélioration des salaires et des conditions de travail des femmes. Adilé Jazairi, elle, attire les élites dans son association l’Arbre de la Culture, créée en 1928. En 1931, l’association a fondé une école pour les filles qui offre un cours d’études nationalistes en arabe. Jazairi dirige l’établissement pendant plusieurs décennies, et cette institution devient célèbre pour avoir produit des générations de femmes diplômées actives politiquement.

  • 12 Thompson 2000 : 186-191.

18Le but de ces associations est de préparer les filles à une vie de citoyennes patriotes. C’est une idée nouvelle et une réponse au fait que la plupart des Syriennes ne considèrent pas que leur devoir de citoyenne consiste à participer aux affaires publiques. En 1920, les réponses à l’appel à la mobilisation de Mary Ajamy et de Nazik Abid en faveur du droit de vote avaient été peu nombreuses. En 1934, pour protester contre la suspension du parlement syrien par les Français, des étudiantes prennent la tête d’une grande manifestation qui débute à la grande mosquée des Umayyades ; quand la police essaie d’empêcher leur progression, les femmes lancent des pierres sur les policiers. Onze d’entre elles sont arrêtées. Elles manifestent également en 1936 pour un traité d’indépendance et, en 1938, contre l’annexion d’Alexandrette par la Turquie12. Durant les années 1930, Jazairi et quelques autres participent à des conférences internationales de femmes à Istanbul, au Caire, à Téhéran. Elles entrent en contact avec des féministes françaises, mais les relations demeurent tendues. Après l’indépendance, en 1946, les militantes, encouragées par leurs enseignantes, organisent un large mouvement en faveur du suffrage féminin qu’elles obtiendront en 1949.

  • 13 Al-Masri & `Ali Wa`lani 1988 : 32-34.
  • 14 Le Club culturel des femmes [Nadwa al-Thaqafiya al-nisa’iya] existe encore dans les années 1990. En (...)
  • 15 Entretien personnel avec l’auteur, Damas, 9 oct. 1992.

19Les femmes utilisent également leur statut au sein de l’élite syrienne comme une ressource pour la mobilisation. Dès les années 1920, les salons littéraires dirigés par des femmes deviennent un lieu de sociabilité politique. Mary Ajamy attire par exemple dans son salon les nationalistes les plus connus du pays, comme Fakhri al-Barudi et Faris al-Khuri. Elle brise les normes sociales quand elle invite régulièrement chez elle hommes et femmes en même temps13. À la fin des années 1930, le Club culturel féminin organise une série de conférences féminines à l’Académie arabe de Damas, réservée jusqu’alors aux hommes14. Progressivement, les actions des femmes vont au-delà des sphères de l’éducation, de la philanthropie, et de la culture. Comme l’a souligné l’une des activistes, Nadida Shaykh al-Ard, qui fait partie avec sa sœur Bishra de l’association l’Éveil des Femmes Syriennes fondée par Adilé Jazairi : « Les femmes ne restaient pas chez elles à cette époque-là. La société était très sophistiquée. On s’intéressait aux questions nationalistes et économiques »15.

  • 16 Massé 1933 : 97, 109 ; Ibrahim 1966 : 31-33, 92-94.

20Les questions liées au travail sont, pour les femmes, un sujet important de mobilisation. Avec leurs sœurs libanaises, et afin de promouvoir l’industrie nationale, les fondatrices de l’association l’Éveil des Femmes Syriennes, organisent des expositions d’objets artisanaux produits par des femmes. Les leaders syriennes revendiquent aussi la protection contre la concurrence étrangère pour les femmes artisanes et pour les industries locales. Surtout, elles exigent des tarifs imposés par l’État contre l’importation de produits européens. Ces revendications leur sont inspirées par le Mahatma Gandhi et sa campagne de « non-coopération » et de « désobéissance civile » à l’égard de l’impérialisme britannique. Cette influence est issue de la participation des Syriennes à une série de Congrès des femmes d’Orient dans les années 1930. En 1932 à Téhéran, par exemple, les délégués de la Syrie et du Liban réclament la consommation exclusive des tissus nationaux, et se revendiquent expressément du modèle de Gandhi16.

  • 17 Abid est alors mariée et installée à Beyrouth, mais elle reste en contact avec les mouvements de fe (...)

21Paradoxalement, ces femmes se tournent vers l’État mandataire pour réclamer des droits économiques dont Nazik Abid a compris qu’ils constituent un préalable à l’obtention des droits politiques17. Elles demandent des subventions pour l’industrie féminine, une législation limitant les heures de travail des femmes et une augmentation des salaires. En 1934 par exemple, les enseignantes protestent contre les salaires plus élevés des enseignants, et contre la loi qui exige que les enseignantes quittent leur poste après leur mariage. En 1936, les femmes remportent leur première victoire. Sous la pression du mouvement féminin et du mouvement ouvrier, le gouvernement mandataire adopte une législation de protection du travail qui garantit les droits et la santé des femmes et des enfants sur leur lieu de travail.

  • 18 « al-Mar’a wa al-tatawwur » al-Tariq 1, 31 août 1942, p. 12-14 ; « Le Problème féminin en Orient », (...)

22Dans les années 1940, un certain nombre de jeunes femmes entrent au parti communiste. Les leaders de la section féminine du parti – telles Maqbula Shalaq et Falak Tarazi – deviennent célèbres. Le 14 juillet 1942, Tarazi appelle les femmes à être les « ingénieures sociales » d’une nouvelle société d’après-guerre tout en ne négligeant pas leurs familles, afin de ne pas se transformer en « hommes », ce que leur reprochent les dirigeants religieux. Un an plus tard, Tarazi prononce un discours devant une grande foule à Damas, avec les leaders nationalistes Jamil Mardam Bey et Faris al-Khuri. Elle réclame le droit au travail pour les femmes, indépendamment de l’autorisation de leur mari, et présente cette revendication comme un bien pour la nation. Elle dénonce la condition faite aux femmes, esclaves et dans l’impossibilité de travailler jusqu’à ce que la législation autorisant leurs maris à divorcer soit abolie18.

23La pénurie d’écoles de filles et l’état déplorable de l’hygiène publique restent aussi une préoccupation majeure, d’autant que les épidémies n’ont pas cessé depuis la Première Guerre mondiale, et que le mandat français a peu fait pour endiguer le phénomène. Les femmes organisent alors des manifestations et revendiquent la prise en charge par l’État du nettoyage des rues et de l’inspection des boulangeries. Ces problèmes ne sont pas résolus et, pendant la Seconde Guerre mondiale, les groupes féminins organisent plusieurs « marches contre la faim » : plus de 3 000 femmes se réunissent à l’hôtel du Palais d’Orient pour protester contre le manque de pain et la famine. Ce mode de protestation trouve son origine à l’époque ottomane. Mais les émeutes frumentaires deviennent alors une stratégie de mobilisation sociale et de contestation plus générale du régime. La question du pain ne relève pas seulement de la responsabilité du souverain. Elle est liée, à nouveau, à la question des droits : on le réclame comme un droit de citoyen, et pas simplement comme une obligation morale du chef de l’État. Les protestations sont, par ailleurs, le résultat d’une mobilisation collective et de longue durée. Les femmes réclament les mêmes droits sociaux que ceux dont jouissent les citoyens européens. Les Syriennes envisagent un véritable État-providence à l’européenne. Bien sûr, elles n’utilisent pas le terme, mais elles renvoient l’État mandataire à sa mission d’origine : construire un régime politique moderne comme en Europe.

Le style colonial de l’État-Providence en Syrie ou la marginalisation des femmes

24La réponse du Mandat français aux mobilisations aboutit à un ensemble de lois et de décisions politiques qui ont pour objectif de garantir les droits fondamentaux à la protection sociale. Cependant, à l’approche de la Seconde Guerre mondiale, les Français n’ont plus les moyens économiques et politiques de garantir ces droits. Les Hauts-Commissaires réduisent les crédits et, en réponse aux protestations des ouvrières syriennes, l’État mandataire augmente les droits des ouvriers sans augmenter les salaires. De la même façon, les Français répondent aux demandes d’amélioration de l’hygiène publique par davantage de règles, mais sans financement. Le Mandat autorise également la construction d’écoles.

  • 19 Ces conclusions sont issues de recherches menées dans les fonds d’archives suivants : Ministère des (...)
  • 20 Dr. Yusuf `Araqtinji, “al-Mudiriya al`amma li al-sihha wa al-is`af al-`amm fi suriya”, Dimashq (1er(...)

25La stratégie des Français consiste en fait à contrecarrer la contestation en développant un État-providence limité afin de court-circuiter la stratégie des nationalistes qui utilisent les manifestations et les protestations pour réclamer la fin du Mandat. Comme le révèlent les archives, le processus de négociation commence véritablement avec le Comte Damien de Martel, Haut-Commissaire de 1933 à 193819. Lorsque les nationalistes rejoignent les femmes, les enseignants et les syndicats pour réclamer une intervention de l’État en matière sociale, De Martel appuie l’adoption d’une loi sur la protection du travail. Les nationalistes transmettent alors leurs griefs à la Société des Nations et accusent l’État mandataire de ne pas remplir sa mission. De Martel répond aux revendications au coup par coup, en contournant les demandes les plus fondamentales. Confronté à la pression de l’Organisation Internationale du Travail et des syndicats, il fait adopter en 1935-1936 des lois protégeant les travailleurs et qui établissent notamment des normes en matière de sécurité industrielle et de protection des femmes et des enfants. Entre temps, Nazik Abid a fondé en 1933 un nouveau groupe de femmes travailleuses, et voit plusieurs de ses revendications aboutir dans les lois de 1935-1936, qui prévoient par exemple une journée de repos hebdomadaire et un congé maternité. De Martel garantit également aux travailleurs des droits limités en matière d’organisation syndicale et crée des emplois publics afin de lutter contre le chômage. En réponse aux réclamations des femmes, des parents, des enseignants et des journalistes, le budget de l’école publique double pratiquement entre 1929 et 1938. Et, en réponse aux plaintes concernant la santé publique, le Directeur de la santé publique en Syrie commence à parler du « droit du peuple syrien » à des lois hygiénistes. Ainsi, le nombre de soins médicaux gratuits délivrés dans les cliniques doublent dans les années 193020.

  • 21 Puaux 1952 : 159-160.

26Mais l’expansion de l’État-providence pendant la Seconde Guerre mondiale entraîne l’inflation et des pénuries alimentaires. Les files d’attente devant les boulangeries s’allongent et les Français ne sont pas en mesure de répondre à la demande. Gabriel Puaux, Haut-Commissaire en 1938-1940, déplore la situation : « Les habitants du Levant ont été habitués trop tôt à considérer la République comme une nourrice aux seins inépuisables »21. Une nouvelle fois, les groupes féminins jouent un rôle déterminant. Les femmes mènent les marches de la faim à Alep et à Damas en janvier 1941 puis dans la plupart des villes de Syrie, alors ralliée au gouvernement de Vichy.

  • 22 « La crise du pain est résolue », Le Matin, 26 mars 1942, p. 2.

27Les Forces française libres qui libèrent avec les Britanniques la Syrie et le Liban en juin 1941 sont confrontées à ces agitations populaires. Le Général Catroux, chargé par De Gaulle d’administrer ces territoires, subit la pression des Alliés, soucieux de montrer la nature démocratique de l’Alliance atlantique. Il lève la loi martiale à la fin de l’année 1941 et les femmes engagent alors de nouvelles grèves de la faim. La réouverture de l’arène politique entraîne un regain de revendications en matière de protection sociale. Les mauvaises récoltes de 1942 et 1943 aggravent les souffrances des populations. Les nationalistes et les communistes suivent les femmes et organisent leurs propres manifestations contre le manque de pain. Le dirigeant politique Husni al-Barazi annonce en mars 1942 : « Les pauvres doivent désormais avoir droit à du pain à 10 piastres, vendu dans toutes les boulangeries »22. En mai 1942, Catroux crée l’Office des Céréales Panifiables afin de réguler le marché du blé et ce, malgré les protestations des grands propriétaires. Lors des élections de 1943, la politique paternaliste encore défendue par Puaux en 1940 est devenue une politique de droits sociaux. Le leader nationaliste Shukri al-Quwwatli, à la tête des grandes manifestations et de la grève générale de mars 1943, contraint le général Catroux à autoriser des élections parlementaires. Les syndicats se joignent à la lutte, demandant une augmentation des salaires. Trois mois avant les élections de 1943, Shaykh Taj al-Din, le Président syrien choisi par Catroux, promulgue des lois qui prévoient un salaire minimum, des indemnités de départ et des allocations familiales.

  • 23 Thompson 2000 : 229-246, 261-270.

28Le résultat est bien la mise en place d’une forme d’État-providence, dans lequel la sécurité sociale n’est pas garantie par le paternalisme mais comme un droit. Les femmes ont largement participé à la mise en place de ce nouveau jeu politique mais se trouvent marginalisées au moment de l’indépendance. Du fait de l’implication des hommes, les règles et le but du jeu changent. L’émergence de l’État-providence prend les traits du système colonial fondé sur le non respect de l’égalité des droits. Les Forces françaises libres, par exemple, utilisent la protection sociale pour sécuriser leur base politique, ébranlée par la guerre. La législation du travail reste lacunaire à la demande des patrons, et les lycées sont réservés à une élite. Les hommes, chefs de famille, travailleurs et électeurs potentiels, perçoivent les allocations familiales et bénéficient de davantage de protections. Les femmes sont laissées à l’écart de la plupart des bénéfices de la législation, car travaillant dans de petites entreprises et davantage dans le secteur informel. Les hommes politiques ont ainsi contribué à l’instauration d’une législation qui marginalise les femmes. Les Frères Musulmans – un des plus grands mouvements de l’époque avec les ouvriers et les nationalistes –, participent à ce jeu politique. Pour la plupart, ils condamnent les revendications des femmes en matière de droits. Plus généralement, ils s’opposent aussi au programme communiste qui prône l’égalité sociale. Mais, dans le but d’attirer de nouveaux adeptes et de les détourner de leur rivaux, les Frères adoptent une partie du programme communiste, afin d’obliger l’État à assurer le bien-être du peuple. En outre, à l’approche des élections de juillet 1943, les leaders nationalistes cherchent à recueillir les voix de la jeunesse urbaine, qui voit volontiers une menace dans la main-d’œuvre féminine. Shukri al-Quwwatli, le dirigeant nationaliste qui avait utilisé les marches des femmes pour organiser une grève générale fait alors alliance avec les Frères Musulmans. La victoire de Quwwatli lors des élections consacre la marginalisation des femmes au sein de l’État-providence23.

29Pendant les années 1920 et 1930, les trois dirigeantes du mouvement féminin – Nazik Abid, Mary Ajamy et Adilé al-Jazairi – ont appris une leçon essentielle : les questions sociales sont en fait politiques. À l’époque, les Européens se tournent aussi vers l’État pour obtenir une protection sociale et faire face à la crise économique. C’est, aussi, l’ère du maternalisme. À Damas, comme à Paris et à New York, les femmes se présentent comme expertes et partenaires de l’État dans la poursuite du progrès social. Pour Abid, Ajamy et Jazairi, enfin, les revendications pour les droits sociaux sont une autre voie d’accès à la politique – en dépit de l’opposition constante au droit de vote des femmes. Leur stratégie a des conséquences paradoxales. Elles ont contribué à changer le jeu politique des autres mouvements, qu’ils leur soient favorables ou opposés. La revendication de droits sociaux représente une véritable transformation de la culture politique et la présence des femmes dans la sphère publique suscite de nouveaux débats. Ces deux facteurs ont contraint les hommes politiques à faire attention comme ils ne l’avaient jamais fait auparavant aux questions d’hygiène publique, d’éducation, et de droits des ouvriers. Du fait de l’engagement des femmes, la culture politique est, désormais, centrée sur les questions sociales – et ce jusqu’à la révolution du parti baathiste des années 1960. L’État-providence devient un idéal nouveau : cette notion n’existait pas sous le roi Fayçal ou sous les réformistes ottomans, qui distribuaient les bienfaits sociaux comme des cadeaux du souverain, pas comme des droits du peuple. Cependant, le contexte colonial de naissance de cet idéal empêche l’obtention par les femmes de leurs pleins droits de citoyennes. L’État-providence colonial est administré par les patriarches en coopération avec le Mandat français, qui favorise les chefs de famille de sexe masculin, les riches et les citadins des grandes villes. Ce parti-pris reflète la réalité politique d’une société colonisée dans laquelle on ne peut pas remettre en cause certains privilèges des grands chefs religieux, des shaykhs de tribus et des propriétaires qui soutiennent le régime français, puis le régime indépendant du Président Quwwatli. De plus, les accords politiques conclus à cette époque – surtout entre les nationalistes et les Frères Musulmans – restent valides après l’indépendance et relèguent la femme au rang de citoyenne de seconde classe, dont le père ou le mari sont les représentants auprès de l’État.

30Le contexte colonial de naissance de l’État-providence en Syrie explique une partie des inégalités au sein de la citoyenneté syrienne actuelle. La compréhension de ce processus historique permet de réfléchir à une voie vers l’égalisation des droits entre hommes et femmes dans le monde arabe post-colonial. Cette leçon montre aussi les limites démocratiques des interventions contemporaines qui ont pour but le « nation-building » en Irak et en Afghanistan. L’occupation étrangère en Syrie a renforcé le pouvoir des intermédiaires religieux et conservateurs du pays. En dépit des idéaux progressistes de la Société des Nations et des réformes obtenues, la politique du Mandat français a tourné au désavantage des femmes, des ouvriers et des paysans de Syrie. Le cas du mouvement féminin sous le Mandat remet par conséquent en question le résultat démocratique potentiel de toute occupation étrangère. Il oblige tous celles et ceux qui voudraient promouvoir les droits égaux pour les femmes arabes contemporaines à reconsidérer le pour et le contre de l’intervention.

Haut de page

Bibliographie

Al-Jaza’iri Amal, 1975, « Adila Bayhum al-Jaza’iri », unpublished press release.

Al-Khatib Hanifa, 1984, Tarikh tatawwur al-haraka al-nisa’iya fi lubnan 1800-1975, Beyrouth, Dar al-Hadatha.

Al-Masri Marwan & Muhammand `Ali Wa`lani, 1988, Al-Katibat al-suriyat 1892-1987, Damascus, al-Ahali.

Bayhum Muhammad Jamil, 1951, Fatat al-sharq fi hadarat al-gharb, Beirut, Matba`at Kalfat.

Catroux (Général), 1958, Deux missions au Moyen-Orient (1919-1922), Paris, Plon.

Ibrahim Imilie Faris, 1966, al-Haraka al-nisa’iyya al-lubnaniyya, Beyrouth, Dar al-Thaqafa.

Idilbi Ulfat, 1989, Dimashq Ya Basmat al-Huzn, Damas, Dar Tlass.

Lenka Bokova, 1980, La Confrontation franco-syrienne à l’époque du mandat 1925-1927, Paris, L’Harmattan.

Cohen Miriam & Michael Hanagan, 1991, « The Politics of Gender and Making of the Welfare State, 1900-1940: A Comparative Perspective », Journal of Social History, 24, p. 469-484.

Harshav Barbara, 2000, The New Social Question: Rethinking the Welfare State, Princeton, Princeton University Press.

Khater Akram Fouad (ed.), 2004, Sources in the History of the Modern Middle East, Boston, Houghton-Mifflin.

Khoury Philip S., 1987, Syria and the French Mandate, Princeton, Princeton Univ. Press.

Koven Seth & Sonya Michel, 1990, « Womanly Duties: Maternalist Politics and the Origins of Welfare States in France, Germany, Great Britain and the United States, 1880-1920 », American Historical Review, 95, p. 1076-1108.

Massé Henri (éd.), 1933, Le Deuxième Congrès Musulman général des femmes d’Orient, Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner.

Provence Michael, 2005, The Great Syrian Revolt and the Rise of Arab Nationalism, Austin, University of Texas Press.

Puaux Gabriel, 1952, Deux années au Levant : souvenirs de Syrie et du Liban, 1939-1940, Paris, Hachette.

Reynolds Sian, 1996, France Between the Wars: Gender and Politics, New York, Routledge.

Rosanvallon Pierre, 1993, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.

Shaaban Bouthaina, 1991, Both Right and Left Handed, Bloomington, Indiana Univ. Press.

Skocpol Theda, 1992, Protecting Soldiers and Mothers: The Political Origins of Social Policy in the United States, Cambridge, Harvard University Press.

Thompson Elizabeth, 2000, Colonial Citizens: Republican Rights, Paternal Privilege and Gender in French Syria and Lebanon, New York, Columbia University Press.

Widad Sakakini, 1986, Sabiqat al-`asr: wa`iyan, wa sa`iyan, wa fanan, Dimashq, al-Nadwa al-thiqafiyya al-nisa’iyya.

Haut de page

Notes

1 L’expression État-providence colonial décrit une variante de l’État-providence tel qu’il existe au milieu du xxe siècle en Europe. Mon analyse de l’État-providence européen « classique » rejoint celle de Pierre Rosanvallon qui insiste sur sa nature universelle et fait remonter son origine aux idées d’assurance sociale et de solidarité face aux catastrophes. Voir Rosanvallon 1993 et Harshav 2000. La variante coloniale de l’État-providence reconnaît des droits sociaux mais ne vise pas l’égalité entre les citoyens. Mon intérêt pour cette question est né dans les années 1990 au cours de discussions animées portant sur les liens entre genre et émergence de l’État-providence : voir Koven & Michel 1990 : 1076-1108 ; Cohen & Hanagan 1991 : 469-484 ; Skocpol 1992 et Reynolds 1996.

2 Cette génération de femmes n’a encore donné lieu à aucun travail historique d’envergure. Quelques éléments biographiques ont été rassemblés par des militants et des auteurs syriens et libanais, particulièrement : Widad 1986 ; Bayhum 1951 ; Shaaban 1991 : 28-79. Le statut des femmes sous le mandat français, mais pas le mouvement féministe, est le sujet du roman de Ulfat Idilbi 1989.

3 Thompson 2000 : 92-95 ; Al-Jaza’iri 1975  et “Dimashq al-sham”, “Nahdat al-mar’a”, et “Jami`yat muqawamat al-sill fi suriya”, Lisan al-hal, 21, 27 oct. et 20 nov. 1920 ; “al-Mar’a al-`arabiya wa yazqat al-wa’y al-qawmi”, al-Tariq 1, 6 fév. 1942, p. 17 ; al-Khatib 1984 : 22.

4 Thompson 2000 : 117-120. Les principaux débats qui ont eu lieu le 25 avril 1920 sont publiés dans al-Khatib 1984 : 193-205 et traduits en anglais dans Khater 2004 : 211-219.

5 Entretien avec l’auteure, Damas, 9 oct. 1992.

6 Manifeste distribué à Damas le 23 août 1925 et signé par le leader de la révolte, Sultan al-Atrash. Reproduit dans Provence 2005 : 81-83.

7 Voir Provence 2005 : 87-140 ; Lenka 1980 : 95-105, 198-206, 256 ; Khoury 1987 : 153-157, 160-184 ; Catroux 1958 : 30-55.

8 Le docteur Abd al-Rahman Shahbandar, un des leaders de la révolte syrienne, fut le ministre des Affaires étrangères de Fayçal. Il fonda en 1926 le Parti du Peuple, qui réclamait un gouvernement constitutionnel dans une « Plus grande Syrie » indépendante et unifiée. Il œuvra en collaboration avec Sultan al-Atrash, le leader druze de la révolte, et passa par la suite onze ans en exil. Voir Provence 2005 : 70-73, 87, 175 ; Khoury 1987 : 121-124, 163-164.

9 Thompson 2000 : 96 ; Provence 2005 : 87.

10 Les fillettes pouvaient auparavant être mariées dès leur puberté.

11 Khoury 1987 : 327-374, 563-580 ; Thompson 2000 : 148-153.

12 Thompson 2000 : 186-191.

13 Al-Masri & `Ali Wa`lani 1988 : 32-34.

14 Le Club culturel des femmes [Nadwa al-Thaqafiya al-nisa’iya] existe encore dans les années 1990. Entretien personnel avec le président du club, Jihan al-Musulli, Damas, 20 oct. 1992.

15 Entretien personnel avec l’auteur, Damas, 9 oct. 1992.

16 Massé 1933 : 97, 109 ; Ibrahim 1966 : 31-33, 92-94.

17 Abid est alors mariée et installée à Beyrouth, mais elle reste en contact avec les mouvements de femmes syriens. Voir Bayhum 1951 : 36.

18 « al-Mar’a wa al-tatawwur » al-Tariq 1, 31 août 1942, p. 12-14 ; « Le Problème féminin en Orient », Le Matin, 28 juin 1943, p. 1 ; « Le Destin de la femme arabe », Les Échos, 29 juin 1943, p. 2.

19 Ces conclusions sont issues de recherches menées dans les fonds d’archives suivants : Ministère des Affaires étrangères, Archives diplomatiques de Nantes, Fonds Beyrouth, cartons 596, 606, 730, 735, 737, 959 et 2921. Les statistiques budgétaires et les textes législatifs sont issus des rapports annuels du Gouvernement du Mandat à la Société des Nations, 1929-1938.

20 Dr. Yusuf `Araqtinji, “al-Mudiriya al`amma li al-sihha wa al-is`af al-`amm fi suriya”, Dimashq (1er sept. 1940) ; France, ministère des Affaires étrangères, Rapport à la Société des Nations sur la situation de la Syrie et du Liban (1938) 92-93, 155 ; (1937) 94, 160-162 ; (1936) 91-92, 152-153 ; (1930) 89-91, 144-145, 194-195.

21 Puaux 1952 : 159-160.

22 « La crise du pain est résolue », Le Matin, 26 mars 1942, p. 2.

23 Thompson 2000 : 229-246, 261-270.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Thompson, « Le mouvement féminin et l’essor de l’État-providence colonial en Syrie (1920-1946) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33 | 2011, 33 | 2011, 107-124.

Référence électronique

Elizabeth Thompson, « Le mouvement féminin et l’essor de l’État-providence colonial en Syrie (1920-1946) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/10030 ; DOI : 10.4000/clio.10030

Haut de page

Auteur

Elizabeth Thompson

Elizabeth F. Thompson est professeur associée d’histoire à l’Université de Virginie. Elle est l’auteur de Colonial Citizens: Republican Rights, Paternal Privilege, and Gender in French Syria and Lebanon (Columbia University Press, 2000) qui a remporté le prix de the American Historical Association et de la Berkshire Conference of Women Historians. Elle achève une histoire des mouvements politiques, Seeking Justice in the Middle East, à paraître aux Presses universitaires d’Harvard. eft3k@cms.mail.virginia.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page